Air Atlas et Mondair : La fin du charter marocain

6 février 2004 - 14h04 - Economie - Ecrit par :

Air Atlas, compagnie charter marocaine, en exploitation depuis un peu plus d’une année, n’aura pas, en définitive, pu relever le défi qu’elle s’était assigné au départ. Celui de croire en la pérennité d’une compagnie aérienne privée marocaine rentable. Une des toutes premières expériences nationales dans le secteur du transport aérien, et plus particulièrement du domaine du charter, aura donc été un échec.

Air Atlas, qui louait ses appareils à General Electric Leasing, assurait certaines liaisons essentiellement entre la Belgique et le Maroc (Marrakech et Agadir). Elle a également assuré quelques vols entre la Turquie et le Maroc ou encore entre l’Hexagone, l’Italie et les destinations touristiques du Sud. Durant l’été 2003, la compagnie a élargi son spectre en assurant la liaison entre la Hollande et Nador, dont le flux connaît des pointes en période estivale. Toute cette activité n’a cependant pas réussi à contribuer à l’essor de la compagnie. Dans un dernier élan, Air Atlas a tenté de passer un contrat avec un TO norvégien dont l’ambition était de drainer 8.000 touristes annuellement sur le Maroc. Aucune suite n’y aura été donnée. Plombée, la compagnie dépose le bilan fin 2003. Les raisons s’apparenteraient à une sous-capitalisation de la société. Contacté, le responsable est demeuré injoignable. “L’aérien est un secteur où la capitalisation est primordiale”, explique un opérateur, “car les pertes d’exploitation peuvent être importantes, l’activité étant fortement aléatoire”. Autre raison : un business-plan irréaliste. “Le calcul des charges, des coûts de maintenance et d’exploitation ainsi que les prévisions établies ne se sont pas basées sur des données réalistes. Ce qui a conduit à des pertes considérables”, explique-t-on.
Quelques semaines après l’échec de Air Atlas, Mondair est aussi menacée de faillite. Les deux Airbus de la compagnie qui assuraient le transport des clients de Safar Tours, une agence de voyages basée à Paris, ne devraient plus faire le déplacement. Les liaisons assurées reliaient la capitale française à certaines villes marocaines, notamment Casablanca, Rabat, Agadir et Marrakech, dans un premier temps. L’autorisation de desservir Casablanca et Rabat a été retirée à la compagnie depuis plusieurs mois. Ce qui constituerait une des principales causes de la baisse drastique du chiffre d’affaires. Son directeur général restait également injoignable à l’heure où nous mettions sous presse. Néanmoins, des informations faisaient état de la reprise de l’activité de Mondair par une société de l’Hexagone. Aucune confirmation n’a toutefois pu être obtenue.
A quelques jours de la tenue de la quatrième édition des assises nationales du tourisme, au cours de laquelle devra être annoncée la carte du ciel, le flop de Air Atlas et de Mondair remet sur le tapis la problématique d’encouragement de la création de compagnies aériennes nationales.

L’avis des opérateurs

Au sein de la profession, on se dit “navré” par le triste sort des deux uniques compagnies de droit marocain qui ont voulu “casser les tabous”. “Celui d’être persuadé que des sociétés, autres que RAM, peuvent, à une moindre échelle, réussir dans un secteur fragile car nécessitant une capitalisation importante, confie un opérateur. Du même avis, Saïd Mouhid, directeur du CRT de Casablanca, “l’issue malheureuse de ces deux expériences doit faire réfléchir. L’aéronautique est une industrie qui suppose, outre les moyens financiers, des compétences techniques, managériales et commerciales avérées”.

Amale DAOUD pour l’économiste

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Transport aérien - Faillite - Air Atlas Express

Ces articles devraient vous intéresser :

La meilleure compagnie aérienne en Afrique est Marocaine

Royal Air Maroc (RAM) a été couronnée meilleure compagnie aérienne en Afrique à la 20ᵉ édition des « GT Tested Reader Survey » du magazine Global Traveler à Los Angeles.

Double certification pour Royal Air Maroc

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a récemment décerné à Royal Air Maroc les certifications IEnvA (IATA Environmental Assessment) et IWT (IATA Illegal Wildlife Trade) pour son engagement constant en faveur de l’environnement et de...

Le Maroc se dote d’un système moderne de gestion du trafic aérien

L’Office national des aéroports (ONDA), s’est doté du ManagAir, un système de gestion du trafic aérien de dernière génération mis en place par Indra afin de se positionner comme leader dans la région en matière de navigation aérienne.

L’Espagne « fait un cadeau » au roi Mohammed VI

Le gouvernement de Pedro Sánchez s’active pour organiser une visite officielle au Maroc en vue de renforcer les liens diplomatiques entre les deux pays. Pour sa réussite, le président du gouvernement espagnol aurait accepté de faire un cadeau au roi...

Le Maroc va augmenter la capacité de plusieurs aéroports

Dans le cadre de son plan d’investissement dénommé Envol 2025, l’Office national des aéroports (ONDA) a lancé plusieurs projets pour soutenir la croissance de l’activité des aéroports de Marrakech, d’Agadir et de Tanger. À terme, ces travaux...

Royal Air Maroc : 200 avions prévus d’ici 2037

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch et le Président-directeur général de la Royal Air Maroc (RAM), Hamid Addou, ont procédé mardi à Rabat, à la signature du contrat-programme 2023-2037. Objectif, améliorer l’attractivité de la destination Maroc et...

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Royal air Maroc lance de nouveaux vols

Royal Air Maroc (RAM) poursuit la réouverture de son réseau mondial. Dans son nouveau programme de vols, la compagnie aérienne a annoncé le lancement de cinq nouvelles liaisons aériennes.

Maroc : les aéroports seront tous modernisés

Le Maroc envisage de mener prochainement une étude sur le développement de ses aéroports à l’horizon 2045. Un appel d’offres international a été récemment lancé à cet effet.

L’aéroport de Marrakech se dote d’un nouveau système de gestion de passagers

Depuis le 17 janvier dernier, l’aéroport de Marrakech s’est équipé d’un nouveau système de gestion aéroportuaire pour améliorer la fluidité et minimiser les perturbations et les désagréments des passagers.