L’Algérie accuse le Maroc « d’inonder » son territoire « avec la drogue »

2 mars 2021 - 11h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les autorités algiénnes accusent le Maroc d’« inonder » son territoire et les pays voisins de drogues, dans le dessein de les déstabiliser, et de protéger les trafiquants de drogue.

« Le régime marocain use de tous les moyens pour faire écouler et vendre ses drogues en dehors de ses frontières, et ce, en faisant fi de la sécurité et la stabilité des pays du voisinage », dénonce l’ANP dans son bilan opérationnel sur la lutte anti-criminalité, publié via l’agence officielle. Elle affirme que le « régime du Makhzen » assure l’impunité aux narcotrafiquants et aux réseaux de narcotrafic. Une impunité, qui s’explique, selon l’armée algérienne, par « les tentatives du Makhzen à voiler ses multiples échecs économiques et pour apaiser l’ébullition sociale ».

« La pauvreté prend de l’ampleur au Maroc et le chômage s’installe de plus en plus parmi les jeunes. C’est pourquoi, le régime marocain ferme les yeux sur la contrebande et le narcotrafic. De surcroît, il encourage et motive ses éléments postés sur ses frontières pour faciliter l’acheminement des tonnes de drogues vers l’Algérie », affirme encore l’armée algérienne. Aussi, accuse-t-elle « le Maroc de poursuivre sa politique visant à inonder l’Algérie avec la drogue qui est devenue une menace contre la sécurité et la stabilité nationales surtout qu’elle vise la catégorie la plus vulnérable en l’occurrence nos jeunes ».

Face à ces « campagnes acharnées », l’ANP affirme avoir déployé « d’énormes et intenses efforts pour la sécurisation des frontières nationales et dans la lutte contre la criminalité organisée notamment les bandes de narcotrafic, à travers une stratégie globale adaptée aux méthodes des bandes de narcotrafiquants et les pays derrière elles, le Makhzen en particulier ». Elle se félicite de l’efficacité de cette stratégie.

Pour étayer ses allégations, l’ANP a cité le rapport de l’Office de l’ONU pour l’année 2020 relatif aux répercussions de la pandémie Covid-19 sur le marché de drogues dans le monde. « Le Maroc demeure une zone favorite pour la production et l’exportation du cannabis », indique ce rapport.

Le rapport « a mis en garde contre la poursuite, d’une façon régulière et stable, de production et d’exportation du cannabis et de haschich depuis le Maroc vers les pays du voisinage et du Sahel, ce qui contribue au financement des groupes terroristes actifs et à la déstabilisation de la région à cause de l’interconnexion qui existe entre les bandes de narcotrafic et les groupes terroristes activant dans la région où ces groupes assurent une couverture sécuritaire aux narcotrafiquants en contrepartie d’une part des rentes des opérations de narcotrafic ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Drogues

Aller plus loin

Un haut responsable algérien charge à nouveau le Maroc

L’Algérie revient sur l’affaire des Algériens expropriés de leurs terres agricoles dans les années 1970 et la question du Sahara. Farouk Ksentini, président de la Commission...

L’Algérie accuse le Maroc de lui mener une guerre de drogues

Brahim Merad, ministre algérien de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire affirme que le Maroc, sans le nommer, mène une guerre de drogues...

L’Algérie s’inquiète de la dangerosité du cannabis marocain

Alors que le Maroc s’achemine vers la légalisation de son cannabis, un officier de la gendarmerie algérienne affirme que le produit est «  comparable à la cocaïne ou l’héroïne...

« Le Maroc est devenu une route importante pour le cannabis », selon un officiel algérien

Faouzi Moualek, commissaire divisionnaire et chef de service de recherche et d’analyse criminelle au niveau de la Direction de la police judiciaire, affirme que le Maroc sans le...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »