Le Maroc alerte l’Algérie sur la menace terroriste qui les guette

11 avril 2021 - 21h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Cherkaoui Habboub, directeur du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) déplore l’absence d’une coopération entre le Maroc et l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme. Il alerte le voisin de l’Est sur la menace terroriste qui plane sur les deux pays.

« L’État islamique cherche à étendre sa propagation dans la région du Maghreb, la région du Sahel et en Afrique. […] Il doit y avoir une coopération étroite entre les pays, car il n’est pas possible de lutter contre le terrorisme sans intensifier la coopération entre tous les pays. […] Tous les pays coopèrent avec nous à l’exception de l’Algérie voisine », a déclaré Cherkaoui Habboub dans une interview accordée à la chaîne de télévision Al Shark. Selon lui, cette absence de coopération entre le Maroc et l’Algérie peut mettre à mal la sécurité des deux pays. Dans la mesure où, l’actuel dirigeant de l’État islamique dans le Grand Sahara, Adnane Abou Al Walid Al Sahraoui, qui dirige les camps de réfugiés à Tindouf en Algérie est « originaire de la ville de Laâyoune et est membre du Front Polisario ».

« Avant son organisation de l’État islamique dans le Grand Sahara », Adnane Abou Al Walid Al Sahraoui « était le porte-parole de l’Organisation de l’Unification et du Mouvement du Jihad en Afrique de l’Ouest, qui était à l’origine de l’enlèvement de trois personnes travaillant pour l’organisation humanitaire des Nations Unies en coordination avec le Front Polisario en 2011 », a souligné le patron de la BCIJ, rappelant que le Saharoui avait mené plusieurs opérations terroristes visant le Mali, le Niger et le Burkina Faso entre 2015 et 2020. « Le Polisario a des liens avec des organisations terroristes, tant qu’il y a Adnane Abou Al Walid qui y est affilié et tant qu’il y a une centaine de ses membres qui ont précédemment rejoint et sont impliqués avec Al-Qaida au Maghreb », a affirmé Cherkaoui Habboub.

De son côté, « l’Algérie considère que la sécurité et la stabilité de ses voisins sont directement liées à sa propre sécurité », a déclaré Said Chengriha, le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP) algérienne lors de la visite du chef d’état-major des armées françaises, le général d’armée François Lecointre en Algérie. Et d’ajouter : « Consciente de l’ampleur du danger que constitue le terrorisme sur la sécurité et la stabilité territoriales, l’Algérie n’a pas hésité à présenter des initiatives et à offrir son aide à ses voisins pour coordonner les efforts sur la base d’une vision commune à travers l’initiative du comité d’état-major opérationnel (Cemoc)  ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Coopération - Algérie - Terrorisme - Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) - Habboub Cherkaoui

Aller plus loin

La cellule terroriste d’Oujda voulait provoquer la guerre entre le Maroc et l’Algérie

La cellule djihadiste liée à Daech récemment démantelée au Maroc, prévoyait d’attaquer un poste militaire frontalier afin de provoquer un conflit armé entre le royaume et...

Le Polisario est un grand allié des terroristes, selon le BCIJ

Le front Polisario entretient le terrorisme transrégional dans la zone du Sahel et du Sahara. Le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) a fait cette découverte après...

Lutte antiterroriste : le Maroc dans l’approche préventive

L’anticipation, c’est la stratégie de lutte antiterroriste multidimensionnelle des services de sécurité marocains. Cette approche préventive a l’avantage de minimiser le...

Le Maroc déplore l’absence de coopération avec l’Algérie dans la lutte antiterroriste

Cherkaoui Habboub, actuel directeur du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) regrette « l’absence totale de coopération sécuritaire avec l’Algérie » dans la lutte...

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.