Recherche

Algérie-Maroc : « un conflit de basse intensité est tout à fait probable »

© Copyright : DR

27 septembre 2021 - 10h20 - Maroc - Par: S.A

Soulaimane Cheikh Hamdi, expert mauritanien en sécurité internationale, spécialiste du Sahel, également chercheur en géopolitique et politiques de défense estime qu’un conflit de basse intensité est tout à fait probable dans les prochains mois entre le Maroc et l’Algérie.

« Alors que les relations internationales connaissent un profond bouleversement dont nous constatons que les balbutiements, les relations algéro-marocaines restent prisonnières des mêmes causes, logiques et moyens des années 1970, quand le monde était au summum de la guerre froide entre les deux blocs de l’est et de l’ouest », fait remarquer Cheikh Hamdi dans un entretien à Sputnik.

À lire : Maroc-Algérie : les dégâts collatéraux de la rupture des relations (vidéo)

Il écarte une éventuelle « guerre totale entre les deux frères ennemis pour plusieurs raisons, liées aux relations avec l’Union européenne » .« Cependant, un conflit de basse intensité pouvant être circonscrit rapidement [à l’image d’Amgala I et II en 1976, NDLR] est tout à fait probable dans les prochains mois, si la dynamique de l’escalade n’est pas inversée », estime le chercheur en géopolitique et politiques de défense.

À lire : L’Algérie menace de prendre de nouvelles mesures contre le Maroc

Selon lui, ce qui a changé la donne géostratégique au Maghreb, au Sahel et en Afrique, c’est la politique extérieure des États-Unis menée sous l’administration de Donald Trump et que son successeur visiblement est en train de reconduire avec quelques aménagements mineurs. « Ceci a culminé, concernant le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, par la conclusion et la signature des accords d’Abraham par certains pays arabes : les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc, avec Israël », a ajouté Cheikh Hamdi.

Mots clés: Algérie , Mauritanie

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact