Maroc-Algérie : les dégâts collatéraux de la rupture des relations (vidéo)

26 septembre 2021 - 08h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

La rupture définitive des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc ne sera pas sans conséquence sur une partie de l’Afrique. Moussaab Hammoudi, chercheur en sciences politiques à l’EHESS, estime que la Libye et le Sahel vont en pâtir.

Avec la fin du dossier gazoduc Maghreb-Europe, « la rupture est définitivement consommée entre l’Algérie et le Maroc », fait remarquer Moussaab Hammoudi lors de son intervention sur RT France, analysant le conflit entre les deux pays autour du thème : « Algérie-Maroc : vers une nouvelle guerre des sables  ?  ». Selon lui, il y a eu une série de ruptures entre les deux pays, des problèmes d’ordre sécuritaire, etc. « Le seul moment de salut, c’était en 1987 lorsqu’il y avait eu un rapprochement », rappelle l’universitaire, faisant ainsi référence à la rencontre entre le défunt roi Hassan II et l’ex-président algérien Chadli Bendjedid, et à l’échange des prisonniers.

À lire : L’Algérie menace de prendre de nouvelles mesures contre le Maroc

Quid l’impact de la rupture entre les deux pays voisins ? Moussaab Hammoudi y voit la fragilisation de l’Afrique du Nord. « Elle devient de plus en plus une zone à risque. Précisément, ce sont les voisins, notamment la Libye et la zone Sahel qui vont ramasser les pots cassés », analyse-t-il. « La Libye tente de se frayer un chemin vers la stabilité, tant bien que mal le chemin est assez difficile. Pour réussir, elle doit compter sur le voisinage : les pays de l’Afrique du Nord. Sauf que maintenant pour faire face à la concurrence des puissances internationales, elle ne peut compter ni sur le Maroc, l’Algérie, la Tunisie en tant qu’un seul bloc. C’est-à-dire il n’y a pas de voisinage », explique le chercheur en sciences politiques.

À lire : L’Algérie ne veut plus d’avions marocains dans son espace aérien

Selon lui, la Libye sera par conséquent livrée à elle-même. « Elle sera sujette aux pressions internationales, les rapports de force entre les forces moyennes qui essaient d’être plus expansionnistes. La Libye se trouve dans une mauvaise posture », poursuit-il. S’agissant du Sahel, Moussaab Hammoudi pense qu’elle va s’affaiblir davantage parce que les données changent. Il évoque le petit recul français. Le nombre de troupes françaises déployées au Sahel passera de 5100 à 2500 avant 2023. « Il y a aussi la présence turque, une potentielle présence russe. Donc, la zone va être une fois encore dans le flou. Elle paie le prix parce que ce sont des régimes fragilisés, des régimes qui n’ont d’assise citoyenne », conclut l’universitaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Diplomatie - Libye - Vidéos

Aller plus loin

Décision du tribunal de l’UE : l’Algérie salue une victoire du Polisario

Suite à l’annulation de deux accords de partenariat commerciaux du Maroc par la justice européenne, l’Algérie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Ramtane...

La décision algérienne est « un message approprié au Maroc »

Ramtane Lamamra, ministre algérien des Affaires étrangères revient sur la décision de son pays de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc. Il estime que c’était...

Les Algériens du Maroc vivent dans l’angoisse

Au Maroc, de nombreux Algériens vivent dans l’angoisse depuis les décisions algériennes de rompre ses relations diplomatiques avec Rabat et de fermer son ciel à tous les avions...

Emmanuel Macron effectuera une visite en Algérie fin août

Le président français Emmanuel Macron, devrait effectuer un déplacement d’une journée en Algérie à la fin de ce mois d’août pour renforcer les relations entre les deux pays,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.