Arabie Saoudite : une Marocaine victime de torture et de viol ?

15 juin 2019 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Interdite de séjour en Arabie Saoudite après avoir été séparée de son fils unique, une Marocaine pointe du doigt son ex-époux Soudanais et des éléments de la police saoudienne qu’elle accuse de torture et de tentative de viol.

La liste de Marocaines victimes de torture en Arabie Saoudite ne cesse de s’allonger. Une plainte vient d’être déposée par M. Ch, près le Parquet de Casablanca pour torture, tentative de viol, faux et usage de faux contre son ancien époux, de nationalité soudanaise, et des membres des forces de l’ordre saoudiennes. A en croire le quotidien Assabah de ce weekend, la plaignante a été contrainte de quitter l’Arabie saoudite, laissant derrière elle son enfant, après s’être séparée de son mari.

L’histoire de M. Ch commence à Casablanca où elle rencontre son futur ex-époux, un Soudanais établi en Arabie Saoudite. Une fois mariée, elle le rejoint en Arabie Saoudite, à Djeddah plus précisément, en 2006. Mais, raconte-elle, à son arrivée là-bas, elle découvre que son mari avait déjà une femme et des enfants. C’est là que commence son calvaire, avance Assabah qui, citant la victime, affirme que cette dernière a même été "soumise à toutes sortes de tortures psychologiques pour se débarrasser de sa grossesse car la première épouse ne voulait pas de cet enfant".

Face à son refus d’avorter, elle sera "violentée à plusieurs reprises par la première femme de son mari, au point d’être hospitalisée, après avoir reçu des coups violents dans le ventre", raconte le quotidien qui précise que M. Ch n’aura la vie sauve que grâce à des voisins égyptiens qui sont intervenus et ont insisté pour la transporter à l’hôpital. Après l’hôpital, elle porte plainte, mais son mari corrompt, dit-elle, des éléments de la police pour éviter que l’affaire soit portée devant le juge.

Plus tard, sous le coup d’une extradition, elle sera placée dans un centre spécial digne d’une prison où un agent de sécurité saoudien a tenté d’abuser d’elle lorsqu’il a appris qu’elle est Marocaine. Elle réussira tout de même à regagner Casablanca dans la douleur. Mais, comble de surprise, quand elle retourne à Djeddah après l’expiration d’un délai d’interdiction de territoire saoudien, elle découvre l’infamie : son ex-époux a corrompu les fonctionnaires saoudiens et inscrit officiellement son fils comme étant celui de sa première épouse.

Toutes les tentatives de M. Ch pour se faire entendre raison ayant échoué, elle s’en remet aux autorités de son pays, pour l’appuyer. Rappelant la procédure, Assabah fait observer qu’il revient au bureau du procureur du roi à Casablanca qui a déjà reçu la plainte de la victime, de transmettre le dossier à la police judiciaire qui sera chargée d’enquêter sur l’affaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Soudan - Torture - MRE

Ces articles devraient vous intéresser :

MRE : Peut-on importer une voiture de location au Maroc ? 

La douane marocaine vient de publier une nouvelle version de son guide dédié aux Marocains résidant à l’étranger. Une section dédiée à l’importation par les MRE des voitures de location. Qu’en est-il ?

Un MRE peut-il prêter sa voiture au Maroc ?

Très souvent quand ils sont le Maroc, des proches ou des amis sollicitent les MRE pour le prêt de leur voiture immatriculée à l’étranger. La douane marocaine est assez stricte là-dessus.

MRE retraités : voici les conditions de dédouanement des véhicules

L’allégement fiscal pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) âgé de 60 ans et plus, ayant résidé plus de 10 ans hors du Maroc est toujours d’actualité. Ils bénéficient d’un abattement de 90 % lors du dédouanement d’un véhicule de tourisme, à...

Voici le guide fiscal 2023 des MRE (douane)

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de dévoiler son guide fiscal pour l’année 2023 à destination des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

MRE et l’OCDE : l’heure de la renégociation fiscale

Le gouvernement marocain affirme vouloir préserver les intérêts des six millions de Marocains résidant à l’étranger (MRE). Il entend engager dans les prochains jours des négociations avec l’OCDE pour revoir les conventions relatives à l’échange des...

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

Dédouanement de voiture pour les MRE : quelles pièces fournir ?

Les Marocains Résidant à l’Étranger qui remplissent les conditions pour bénéficier de l’abattement de 90 % dans le cadre d’un dédouanement de véhicule doivent fournir plusieurs pièces justificatives.

Marchandises et cadeaux : que dit la douane marocaine ?

La douane marocaine a démenti les rumeurs selon lesquelles une nouvelle taxation serait appliquée aux cadeaux importés par les voyageurs marocains ou étrangers.

La force économique des MRE se reflète à la Bourse de Casablanca

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) et les investisseurs étrangers détiennent à, eux seuls, plus du quart de la capitalisation boursière de la Bourse des valeurs de Casablanca (BVC).

Vers une forte progression des transferts des MRE

Bank Al-Maghrib (BAM) est persuadée que les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient poursuivre la tendance à la hausse amorcée depuis le début de l’année.