Automobile : deux équipementiers espagnols investissent Tanger

9 juin 2011 - 13h34 - Espagne - Ecrit par : J.L

Les équipementiers automobiles espagnols "Hispamoldes" et "CIE Automóviles" implanteront bientôt deux unités industrielles dans la zone franche de Tanger (TFZ), dans le cadre d’une co-entreprise dédiée à la fabrication de composants automobiles.

La première unité qui sera dédiée à la fabrication de pièces plastiques par injection sera installée avant la fin de l’année pour un investissement de 1,1 million d’euros dans la zone franche de Tanger.

Prévue également avant fin 2011, la deuxième unité sera consacrée à la conception et à l’entretien de moules d’injection.

"Hispamoldes" est spécialisée dans la production et l’innovation de moules d’injections et de pièces plastiques, essentiellement, pour le secteur automobile. La société créée en 1984, est l’une des références mondiales dans son secteur.

"CIE Automóviles" fondée en 2002, est pour sa part spécialisée dans le développement, la fabrication et la commercialisation de composants automobiles et la production de biocombustibles.

Pôle à vocation industrielle, la Zone Franche de Tanger regroupe plus de 475 entreprises, issues principalement d’investissements étrangers, notamment européens, américains, maghrébins et arabes, attirés par les importants avantages fiscaux octroyés par TFZ.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Implantation - Tanger - Automobile - Tanger Free Zone

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des GPS pour traquer les voitures des fonctionnaires

Au Maroc, une ONG appelle à l’installation d’antennes GPS sur les véhicules de service affectés à certains fonctionnaires afin d’éviter leur utilisation à des fins privées.

Neo Motors, la nouvelle voiture 100% marocaine, est en vente

C’est désormais effectif. Neo Motors, le premier constructeur automobile à capital marocain, a donné le coup d’envoi de la commercialisation de ses premiers véhicules « made in Morocco ».

Nouveau carton de ventes pour la Citroën « My Ami Buggy »

Le succès ne se dément pas pour la petite voiture Citroën « Ami ». Fabriquée au Maroc, la voiture électrique sans permis a été encore une fois un succès dans de nombreux pays européens.

Maroc : voici les voitures les plus vendues

Le marché automobile marocain connait un léger tassement en ce début d’année 2024. D’après les chiffres de l’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (AIVAM), 48 948 unités neuves ont été immatriculées durant les quatre premiers...

Le Maroc accélère la transition vers la mobilité électrique

L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME), regroupant les principaux acteurs du secteur, ambitionne d’installer 2 500 bornes de recharge fonctionnelles pour les véhicules électriques sur l’ensemble du territoire...

Dacia et Renault défient la baisse des ventes de voitures au Maroc

La vente de véhicules neufs a atteint 64 025 unités à la fin de mai, en baisse de 4,45 % par rapport à la même période de l’année précédente, selon les statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Combien coûte la Lamborghini Urus du rappeur marocain Morad ?

Le rappeur marocain Morad a été récemment aperçu dans les rues du Maroc à bord d’une Lamborghini Urus, une SUV de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Maroc : voici les voitures les plus vendues

Les ventes de voitures neuves au Maroc ont atteint 12 084 unités au mois de janvier, marquant une hausse de 6,63 % par rapport à janvier de l’année précédente, selon l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Véhicules électriques : deux usines géantes de batteries au Maroc

Le Maroc va bientôt disposer de deux usines de fabrication de batteries de véhicules. Les projets sont évalués à 6 milliards d’euros et à 4 milliards d’euros, a annoncé cette semaine Ryad Mezzour, le ministre marocain de l’Industrie et du commerce.