Maroc : les voitures de plus en plus chères !

28 mai 2024 - 23h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Les Marocains paieront plus cher les voitures neuves en raison de l’obligation de respecter les normes « Euro 6 » pour l’homologation et l’immatriculation. Les professionnels du secteur appellent Mohamed Abdeljalil, ministre des Transports et de la Logistique et Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable à reporter leur décision conjointe.

Les véhicules neufs coûtent de plus en plus cher. À l’origine de cette flambée, la décision conjointe de Mohamed Abdeljalil, ministre des Transports et de la Logistique et de Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable sur l’obligation de respecter les normes « Euro 6 » pour l’homologation et l’immatriculation. L’arrêté ministériel conjoint fixant les conditions d’homologation des véhicules en ce qui concerne les émissions de polluants, conformément aux exigences des moteurs à carburant, publié au Bulletin officiel de décembre 2022, stipule que les nouvelles normes s’appliqueront à chaque processus d’homologation des véhicules à moteur à partir du 1ᵉʳ janvier 2023 pour les véhicules de la catégorie M1, et à partir du 1ᵉʳ janvier 2025 pour les véhicules des catégories M2, M3, N1, N2 et N3. S’agissant de l’immatriculation des véhicules à moteur, il est précisé qu’ « il ne sera pas possible d’immatriculer tout véhicule à moteur ne répondant pas aux dispositions de la décision à partir du 1ᵉʳ janvier 2024 pour les véhicules M1, et à partir du 1ᵉʳ janvier 2026 pour les véhicules des catégories M2, M3, N1, N2 et N3 ».

À lire :Location de voitures au Maroc : Nouvelles règles plus sévères

La mise en œuvre de cette décision a conduit à une augmentation des prix des véhicules neufs au Maroc de 10 à 20 % par rapport au prix d’origine, a affirmé une source professionnelle au site Al3omk. Information confirmée par la note de présentation du projet de décision conjointe, laquelle précise dans son deuxième paragraphe que la décision « entraînera une augmentation des prix des véhicules neufs ». « Le secteur souffre actuellement des répercussions de la crise mondiale et de ses effets sur les chaînes d’approvisionnement, de l’augmentation du taux de change du dollar, de la hausse des prix des carburants et de l’inflation en général, ainsi que des conséquences économiques et sociales de la pandémie de Covid-19, ce qui pourrait aggraver la situation financière de tous les professionnels du secteur du transport routier et affecter négativement le pouvoir d’achat des citoyens », complète la note, signée le 6 décembre 2022.

À lire :Au Maroc, les voitures de luxe ne connaissent pas la crise

Face à cette situation, la Fédération nationale du transport touristique au Maroc a, dans une correspondance, demandé aux ministres, de reporter l’application des dispositions de la décision pour une durée suffisante, avec « la possibilité pour le secteur du transport touristique de bénéficier d’une subvention pour le renouvellement de la flotte, à l’instar des autres secteurs du transport, et de soutenir financièrement le secteur du transport touristique pour renouveler sa flotte avec des véhicules répondant aux normes mondiales de protection de l’environnement, et des véhicules écologiques à moteurs électriques ou hybrides ». Elle les a également appelés à « prendre les décisions nécessaires en coordination avec les autres secteurs gouvernementaux pour éviter que la mise en œuvre de la décision mentionnée n’affecte les prix des véhicules, qui ont déjà fortement augmenté récemment, et ce qu’ils deviendront après l’application de la décision ». La fédération a en outre réitéré son engagement à « réussir toutes les initiatives visant à protéger l’environnement, réduire les émissions de gaz et lutter contre les changements climatiques… » Avant la fédération, l’Union marocaine des transports routiers portuaires avait demandé de reporter l’application de la décision pour une période équivalente à celle de la crise résultant de ces circonstances, soit une période de 30 mois.

À lire :Voitures de MRE : voici les amendes si je dépasse le délai de 6 mois

La norme européenne Euro 6 est une norme environnementale en vigueur depuis 1ᵉʳ janvier 2014 en France. Elle vise à limiter les émissions de certains gaz polluants provenant de véhicules routiers en obligeant les constructeurs à produire des voitures et des camions plus propres. Elle est devenue obligatoire dans plusieurs pays européens, interdisant la circulation des moteurs ne s’y conformant pas à partir du 1ᵉʳ janvier 2022.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Automobile - Transports - Mohamed Abdeljalil - Leila Benali

Aller plus loin

Au Maroc, les voitures de luxe ne connaissent pas la crise

Les ventes de voitures neuves de luxe au Maroc ont enregistré une hausse de 15 % l’année dernière, malgré l’impact du marché par une baisse de la demande due à l’inflation, à...

Les Marocains paieront plus cher les voitures de luxe

Désormais, les importateurs et acheteurs de véhicules de luxe au Maroc devront payer la taxe de luxe qui sera calculée avec la TVA imposable, a confirmé la direction générale...

Voitures de MRE : voici les amendes si je dépasse le délai de 6 mois

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui ne respectent pas le délai d’admission temporaire de leurs véhicules au Maroc seront confrontés à des amendes sévères, qui...

Location de voitures au Maroc : Nouvelles règles plus sévères

Depuis ce lundi 15 avril, les agences de location de voitures au Maroc ont l’obligation de se conformer à un nouveau cahier des charges relatif aux conditions d’investissement...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, les voitures de luxe ne connaissent pas la crise

Les ventes de voitures neuves de luxe au Maroc ont enregistré une hausse de 15 % l’année dernière, malgré l’impact du marché par une baisse de la demande due à l’inflation, à l’augmentation des coûts de financement et à la hausse des prix de...

Le Maroc et Israël consolident leur coopération dans le secteur des transports et de la Logistique

Une délégation marocaine composée d’acteurs clés du secteur des transports et de la logistique a effectué une visite de travail de trois jours à Tel-Aviv, et ce pour consolider la coopération entre le Maroc et Israël dans le secteur de la logistique.

Le Maroc accélère la transition vers la mobilité électrique

L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME), regroupant les principaux acteurs du secteur, ambitionne d’installer 2 500 bornes de recharge fonctionnelles pour les véhicules électriques sur l’ensemble du territoire...

Maroc : voici les voitures les plus vendues

Le marché automobile marocain connait un léger tassement en ce début d’année 2024. D’après les chiffres de l’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (AIVAM), 48 948 unités neuves ont été immatriculées durant les quatre premiers...

Le Maroc lance un renouvellement généralisé des bus

Le ministère du Transport et de la Logistique annonce la création de deux programmes de renouvellement du parc de transport routier au cours des exercices 2024, 2025 et 2026.

Le gouvernement marocain s’attaque à l’usage privé des véhicules de l’État

La ministre de l’Économie et des finances, Nadia Fettah, a annoncé l’intention du gouvernement de prendre des mesures contre l’utilisation anarchique des véhicules de l’État.

Maroc : le casse-tête des projets immobiliers à proximité des aéroports

Le député Mohamed Larbi Merabet a interpelé le ministre des Transports et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, au sujet du retard dans le traitement par l’Office national des aéroports (ONDA) des dossiers des projets immobiliers situés à proximité des...

Du nouveau pour la NamX, la voiture à hydrogène créé par un Marocain

Le constructeur franco-marocain NamX dirigé par le Marocain Faouzi Annajah, en collaboration avec le carrossier italien Pininfarina, a dévoilé la technologie qu’il utilisera pour son NamX Huv, un nouveau véhicule à hydrogène révolutionnaire.

Les voitures de luxe séduisent de plus en plus les Marocains

Les voitures de luxe cartonnent comme jamais au Maroc. En témoignent les résultats des ventes d’automobiles aux six premiers mois de cette année.

Maroc : bond spectaculaire des exportations automobiles

Au Maroc, les exportations du secteur automobile ont atteint plus de 141,76 milliards de dirhams à fin décembre 2023, soit une augmentation de 27,4 % par rapport à l’année précédente.