Brahim Ghali : des révélations sur son départ d’Espagne

4 septembre 2021 - 18h00 - Espagne - Ecrit par : S.A

On en sait un peu plus sur les circonstances du départ d’Espagne du leader du Polisario. Brahim Ghali avait été admis à l’hôpital San Pedro de Logroño, sous fausse identité en avril dernier après avoir contracté le Covid-19 et était retourné en Algérie dans des circonstances floues.

La préfecture de police de Navarre a enfin répondu à la demande du chef du tribunal d’instruction numéro 7 de Saragosse, celle de lui fournir « des informations sur certaines circonstances » concernant le départ d’Espagne de Brahim Ghali. Dans un rapport envoyé au juge d’instruction Rafael Lasala, elle a affirmé que le leader du Polisario avait quitté l’aéroport de Pampelune-Noain pour l’Algérie sans passeport ni document prouvant son identité, rapporte La Razon.

À lire : Ce qu’a déclaré Brahim Ghali au juge en juin dernier

Selon les explications de la police, le leader du Polisario « a été autorisé à quitter le territoire national, car il s’agissait d’un départ volontaire », en vertu du règlement de l’immigration. Ce règlement établit que toute personne peut quitter l’Espagne « avec des papiers défectueux ou même sans papiers » s’il n’y a pas d’interdiction ou d’empêchement de quelque nature que ce soit de l’avis des services de police de contrôle.

À lire : Enfin le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne connu

Brahim Ghali est arrivé à l’aéroport dans une « ambulance médicale » accompagné de son prétendu « médecin personnel, précise le rapport. L’ambulance est entrée par la porte nord de l’aéroport et s’est garée à l’intérieur, au pied de la piste, sans que le patient et son compagnon ne quittent l’ambulance à aucun moment ».

À lire : Le Maroc a imposé ses conditions dans le départ de Brahim Ghali

Lors de l’identification de toutes les personnes devant prendre l’avion, les responsables de la Brigade provinciale des étrangers et des frontières de Pampelune sont face à quatre personnes : une personne avec un passeport algérien et un visa français, une avec un passeport espagnol, une avec un « passeport délivré par l’Espagne avec la nationalité apatride », qui a également fourni le NIE et une autre sans papiers affirmant être Brahim Ghali. Son prétendu médecin a “corroboré” l’information, précise le rapport de la police.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Algérie - Polisario - Brahim Ghali

Aller plus loin

Affaire Ghali : classement sans suite de la plainte pour génocide

Le juge de l’Audience nationale, Santiago Pedraz, a prononcé une fois de plus le classement sans suite de la plainte déposée contre le leader du Polisario, Brahim Ghali pour...

Espagne : l’affaire Brahim Ghali classée « secret défense » ?

Le gouvernement espagnol tente une nouvelle fois d’enterrer l’affaire de l’entrée illégale de Brahim Ghali en Espagne. Il a décidé d’opter pour la stratégie du « secret défense...

Brahim Ghali : un passeport express pour rentrer en Espagne

Le passeport présenté par Brahim Ghali lors de son admission à l’hôpital San Pedro de Logroño le 18 avril dernier, porte le nom de Mohamed Benbatouche, « ambassadeur à la...

Enfin le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne connu

Les autorités de l’armée de l’air à Saragosse ont fini par révéler au juge en charge du dossier l’instance qui a autorisé l’atterrissage de l’avion qui transportait le leader du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Le Maroc menace d’occuper le reste du Sahara

L’ambassadeur du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a laissé entendre que le Maroc pourrait récupérer la partie du Sahara située à l’est du mur de séparation.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.