Le Maroc a imposé ses conditions dans le départ de Brahim Ghali

7 juin 2021 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le Maroc a contraint l’avion du gouvernement algérien, qui était censé assurer le retour de Brahim Ghali en Algérie après sa comparution, à faire demi-tour en plein vol.

Brahim Ghali a comparu 1ᵉʳ juin par visioconférence devant le juge Santiago Pedraz de la Cour nationale, pour les chefs d’accusation de torture, viol, enlèvement et violation de droits de l’Homme, avant de quitter l’Espagne quelques heures plus tard pour l’Algérie. Au départ, l’intention du leader du Front du Polisario était d’échapper à la justice espagnole et de quitter le pays en toute impunité. L’avion qui devait assurer le retour de Ghali, a quitté la base militaire de Boufarik, à seulement 35 kilomètres au sud-ouest de la capitale algérienne, avec un plan de vol secret. Aucune donnée sur l’origine, la vitesse ou l’altitude, encore moins la destination de cet aéronef ne figure dans les bases du système de surveillance ADS-B. Mais les autorités espagnoles étaient informées de son arrivée à l’aéroport d’Algoncillo, situé non loin de l’hôpital San Pedro de Logroño où Ghali a été admis.

A lire : Brahim Ghali est retourné en Algérie

L’Espagne a informé le Maroc du départ de Ghali dans un avion médical de la présidence algérienne. Un acte jugé « inacceptable » par le Maroc qui considère que le leader du Front Polisario devait quitter l’Espagne comme un étranger et non comme un chef d’État. Après cette remarque du Maroc, l’Espagne a demandé à l’Algérie d’annuler ce vol, mais « l’avion vole déjà », ont répondu les autorités algériennes. Conséquence, l’avion se voit refuser l’entrée dans l’espace aérien espagnol, au niveau de l’île de Formentera, par le Centre de contrôle (ACC) de Palma de Majorque. À la demande du Centre, l’avion a fait demi-tour et est retourné en Algérie.

L’Espagne propose alors à l’Algérie d’envoyer un avion médicalisé civil pour récupérer Ghali dès la fin de sa comparution. Mais l’Algérie ne dispose pas d’un tel appareil. L’Espagne opte finalement pour Airlec, une prestigieuse compagnie française d’aéroambulance. Pendant ce temps, le Maroc, qui avait réussi à faire retourner l’avion algérien, a aussi exigé que le départ de Ghali soit relayé dans les médias. L’Espagne et l’Algérie, pratiquement dos au mur, acceptent cette condition. Et puis, mardi vers minuit, le radar de contrôle aérien signale la présence d’un avion ARL915 en provenance de l’aéroport de Bordeaux pour une destination non renseignée sur le signal ADS-B. Il a finalement atterri à l’aéroport de Pampelune, d’où il est reparti avec à bord le chef du Polisario.

Ghali a quitté l’Espagne après 44 jours d’hospitalisation. Sa présence sur le sol espagnol a provoqué une grave crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne.

Sujets associés : Espagne - Algérie - Brahim Ghali

Aller plus loin

Audition de Brahim Ghali : un début de satisfaction pour le Maroc ?

Brahim Ghali, leader du Polisario, admis d’urgence dans un hôpital de Logroño le 18 avril dernier devra comparaître devant la justice espagnole ce mardi 1ᵉʳ juin. Il est accusé...

Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

La crise entre le Maroc et l’Espagne, née après l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital à Logroño, n’est pas près de connaitre son épilogue. Ce dimanche, Arancha González...

Le Maroc aurait découvert l’arrivée de Ghali en Espagne grâce au logiciel Pegasus

L’accueil de Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño en Espagne sous une fausse identité, aurait été découvert par le Maroc grâce au logiciel...

Affaire Brahim Ghali : l’Espagne défend les intérêts de l’Algérie

La justice espagnole subirait de fortes pressions de la part de l’Exécutif pour rendre une décision en faveur de l’Algérie dans l’affaire Brahim Ghali, poursuivi pour «...

Ces articles devraient vous intéresser :

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...