Le gouvernement espagnol était au courant de l’arrivée de Ghali

28 juillet 2021 - 21h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

Camilo Villarino, le chef de cabinet d’Arancha González Laya, ancienne ministre des Affaires étrangères, est celui qui a ordonné à l’état-major de l’armée de l’air de ne pas soumettre Brahim Ghali, le leader du Front Polisario et sa suite au contrôle « des douanes ou de l’immigration » avant leur entrée sur le territoire espagnol.

Dans une déclaration à laquelle OKDIARIO a eu accès, Camilo Villarino Marzo, bras droit et personne de confiance de Gonzalez Laya dont il était le chef de cabinet, avoue qu’il a contacté par téléphone le 18 avril le « général Francisco Javier Fernández Sánchez, le deuxième chef d’état-major de l’air » afin qu’il ne fasse pas subir à Ghali et ses accompagnants les contrôles « douaniers ou de l’immigration ». Selon lui, « cette demande était parfaitement compatible tant avec la pratique établie qu’avec la législation en vigueur ». Le document est déjà transmis au tribunal d’instruction de Saragosse, précise la même source.

À lire : Enfin le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne connu

Le Maroc avait donc raison de désigner l’ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères comme étant la responsable de l’entrée du leader du Front Polisario en Espagne. Son bras droit et directeur de cabinet reconnaît qu’il est à la base de l’accueil de Brahim Ghali à l’hôpital San Pedro de Logroño sous une fausse identité, après avoir autorisé l’avion médicalisé qui le transportait depuis l’Algérie à atterrir sur la base militaire de Saragosse.

À lire : Nouvelles révélations sur l’arrivée de Brahim Ghali en Espagne

Mais il faut admettre que sans l’autorisation présidentielle de Pedro Sanchez, Laya n’aurait pas pu instruire son chef de cabinet et lui à son tour, n’aurait pas pu donner des consignes à l’état-major de l’armée de l’air, souligne la même source qui en vient à la conclusion que l’arrivée de Brahim Ghali était préparée avec minutie. La preuve, il a atterri sur une base militaire et non dans un aéroport ordinaire, fait observer la même source.

À lire : Un juge cherche désespérément le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Le leader du Front Polisario a comparu par visioconférence le 1ᵉʳ juin devant le juge Santiago Pedraz qui a été saisi de deux plaintes contre lui pour viol, meurtre, torture, enlèvement et diverses violations de droits de l’Homme. Après l’audience où aucune charge n’a été retenue contre lui, il est retourné en Algérie au petit matin du 2 juin.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Brahim Ghali

Aller plus loin

« Il est impossible pour Ghali d’entrer en Espagne à l’insu du gouvernement »

Interrogé sur le procès qui démarre en septembre au sujet de l’arrivée du leader du Front Polisario en Espagne, le diplomate espagnol Inocencio Arias a déclaré lundi à ’El...

Un juge cherche désespérément le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Un juge a demandé aux autorités de l’armée de l’air à Saragosse de lui révéler l’instance qui a autorisé l’atterrissage de l’avion qui a transporté le leader du Polisario,...

Ce qu’a déclaré Brahim Ghali au juge en juin dernier

Lors de sa comparution par visioconférence le 1ᵉʳ juin depuis l’hôpital de San Pedro de Logroño, Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, accusé de torture et de diverses...

Brahim Ghali : un passeport express pour rentrer en Espagne

Le passeport présenté par Brahim Ghali lors de son admission à l’hôpital San Pedro de Logroño le 18 avril dernier, porte le nom de Mohamed Benbatouche, « ambassadeur à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.