Affaire Ghali : Gonzalez Laya devant le juge

3 octobre 2021 - 16h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Cinq mois après avoir été remerciée du gouvernement pour apaiser les tensions avec le Maroc, provoquées par l’arrivée de Brahim Ghali en Espagne, l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, comparaitra ce lundi devant le juge d’instruction, Rafael Lasala, qui est à la recherche du responsable de l’entrée du leader du Front Polisario en Espagne.

Le magistrat veut connaître celui qui a ordonné de laisser entrer Brahim Ghali en Espagne pour des « raisons humanitaires », sans même le soumettre au contrôle douanier obligatoire. Lors de sa comparution devant le juge Lasala, Camilo Villarino, l’ancien chef de cabinet de Gonzalez Laya a indiqué que la ministre à elle seule ne pouvait pas prendre une telle décision.

Une thèse soutenue par l’ancien ministre des Affaires étrangères, José Manuel Garcia Margallo qui, dans une interview accordée à La Razon, a exprimé son étonnement de voir l’Exécutif de Sanchez décharger l’entière responsabilité de la décision sur Laya. « Une décision qui concerne différents ministères et d’une telle importance, ne peut être prise par le ministre sans consulter le président », soutient Margallo.

À lire : « Il est impossible pour Ghali d’entrer en Espagne à l’insu du gouvernement »

Selon l’acte d’accusation du parquet, la décision d’autoriser l’entrée en Espagne du leader du Front Polisario aurait été prise en « conseil de ministres » le 15 avril, lors d’une session présidée par Pedro Sánchez et à laquelle étaient présents les vice-présidents Carmen Calvo et Pablo Iglesias, Arancha Gonzalez Laya et les ministres de l’Intérieur et de la Défense, Fernando Grande-Marlaska et Margarita Robles. Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense ont été ensuite instruites pour « exécuter en toute discrétion le plan prévu par l’aéroport militaire de Saragosse ».

À lire : Affaire Ghali : Arancha González Laya rattrapée par la justice

La Moncloa nie les faits et soutient que tout s’est fait « conformément au droit », sans toutefois préciser si l’ordre venait du Premier ministre. Le gouvernement est dans une posture de limiter les dégâts et a chargé le barreau de l’État d’assurer la défense de l’ancienne ministre qui témoignera ce lundi, croit savoir La Razon. Pour l’Exécutif espagnol, « il n’est pas important de savoir qui a pris la décision d’autoriser Ghali à entrer en Espagne ou qui était au courant », car elle a été prise dans la légalité. Selon la même source, le gouvernement a tenté jusqu’au dernier moment d’éviter la comparution de l’ancienne ministre, la jugeant inutile et « impertinente ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali

Aller plus loin

Le Maroc accuse Sánchez d’être le responsable de l’entrée de Ghali en Espagne

Une nouvelle tension couve entre le Maroc et l’Espagne. Rabat ne croit pas en la version d’Arancha González Laya qui, invoquant la raison d’État, a refusé de révéler l’identité...

Affaire Ghali : l’État espagnol assure la défense de González Laya

Le bureau du procureur général a accepté d’assurer la défense d’Arancha González Laya dans l’affaire Ghali, comme il le fait déjà pour son ancien bras droit au ministère des...

Affaire Ghali : non-lieu pour Arancha González Laya

Le président du tribunal d’instruction de Saragosse, chargé de l’enquête sur l’affaire Bhaim Ghali, a déclaré un non-lieu concernant l’implication de l’ancienne ministre...

Brahim Ghali : un passeport express pour rentrer en Espagne

Le passeport présenté par Brahim Ghali lors de son admission à l’hôpital San Pedro de Logroño le 18 avril dernier, porte le nom de Mohamed Benbatouche, « ambassadeur à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....