Le juge espagnol recherche toujours ceux qui ont autorisé l’entrée de Ghali en Espagne

8 juillet 2021 - 10h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le juge d’instruction en charge de l’affaire Brahim Ghali demande au ministère des Affaires étrangères et à l’État-major de l’armée de l’air de lui fournir les noms des militaires et hauts fonctionnaires qui ont donné et reçu des instructions pour faciliter l’entrée en Espagne du leader du Front Polisario, le 18 avril dernier.

Le juge a demandé ces informations à la suite de la réponse du général José Luis Ortiz-Cañavate, alors commandant de la base aérienne de Saragosse, aux questions qu’il lui a adressées dans le cadre de cette affaire. Ce dernier a assuré qu’il avait reçu l’ordre du cabinet du ministère des Affaires étrangères et de l’État-major de l’air de ne soumettre les passagers de l’avion algérien transportant Ghali à un quelconque contrôle.

À lire : Enfin le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne connu

C’est au regard de ces informations que le juge a demandé aux deux départements de lui communiquer les noms de ceux qui ont donné et reçu des instructions pour faciliter l’entrée de Ghali en Espagne et son admission à l’hôpital de Logroño sous une fausse identité. Le juge a demandé aussi de lui préciser, preuves à l’appui, s’il y a eu des échanges de correspondances dans ce sens.

Certaines sources proches du dossier indiquent que le diplomate Camilo Villarino, directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, serait celui qui a ordonné à l’armée de l’air de laisser entrer le leader du Front Polisario, sans remplir les formalités de contrôle à la douane.

À lire : Un juge cherche désespérément le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Par ailleurs, le juge a également ordonné d’enquêter sur le transfert de Brahim Ghali de la base aérienne de Saragosse vers l’hôpital de Logroño. Ceci, après que le président d’Aragon, Javier Lambán, a déclaré fin mai que le chef du Front Polisario n’a pas été transporté à bord d’une ambulance du service de santé aragonais, comme l’indique le rapport de police. Il a donc adressé un questionnaire au service de santé aragonais pour savoir si l’une de ses ambulances s’est rendue à la base aérienne pour récupérer Brahim Ghali.

Le chef du Front Polisario est arrivé à Saragosse le 18 avril dans un avion du gouvernement algérien, et a été transféré dans une ambulance à l’hôpital de Logroño où il a été admis sous une fausse identité. Poursuivi pour les crimes de génocide, de torture, d’enlèvement, de faux et usage de faux, Brahim Ghali a comparu le 1ᵉʳ juin à l’Audience nationale en Espagne, avant de retourner quelques heures plus tard en Algérie.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali

Aller plus loin

Un juge cherche désespérément le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Un juge a demandé aux autorités de l’armée de l’air à Saragosse de lui révéler l’instance qui a autorisé l’atterrissage de l’avion qui a transporté le leader du Polisario,...

Brahim Ghali a renouvelé sa carte d’identité espagnole en 2016

Brahim Ghali est titulaire d’une pièce nationale d’identité délivrée par l’État espagnol en janvier 2006 et qu’il a renouvelée le 30 juin 2016 à Talavera de la Reina (Tolède)....

Brahim Ghali poursuivi pour faux et usage de faux

Brahim Ghali, le chef du Polisario n’en a pas fini avec la justice espagnole. Il fait l’objet depuis mercredi, d’une procédure judiciaire ouverte par un juge du tribunal numéro...

Nouvelles révélations sur l’affaire Brahim Ghali

Des révélations publiées dans un journal espagnol tendent à prouver que l’Espagne voulait éviter une crise diplomatique avec le Maroc en envisageant de transférer le leader du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.