Casablanca en quasi faillite !

5 septembre 2012 - 16h46 - Economie - Ecrit par : J.L

Casablanca croule sous les dettes. Pourtant le ministère de l’Intérieur n’a pas encore accordé au Conseil de la ville son budget pour l’année 2012.

La communauté urbaine de Casablanca n’arrive plus à honorer ses engagements avec les sociétés chargées de la gestion déléguée, principalement celles s’occupant de la propreté de la métropole, auxquelles la ville doit déjà 300 millions de dirhams.

D’après le quotidien Al Itihad Al Ichtiraki, le ministère de l’Intérieur a proposé au Conseil de la ville de signer un protocole d’accord avec ses créanciers, en vertu duquel il s’engage à s’acquitter de ses dettes au cours de l’année 2012 et du premier semestre 2013. Mais cet engagement la ville ne pourra pas l’honorer, parce que sa trésorerie est au rouge.

La métropole ne peut pas non plus faire appel au Fonds d’Equipement Communal, ou conclure des partenariats avec des sociétés privées en raison de sa situation financière catastrophique.

Pour toutes ces raisons, Casablanca a été contrainte de recourir au budget de gestion à travers des autorisations spéciales signées par les ministres de l’Intérieur et des Finances, afin de pouvoir payer les ouvriers et fonctionnaires, et certaines charges obligatoires.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Faillite - Budget

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Budget record pour l’armée marocaine

Le Maroc va allouer près de 12,1 milliards de dollars au ministère de la Défense en 2024. Ce montant servira entre autres à l’acquisition d’armes et d’équipements militaires.

Le Maroc face à l’impossible recouvrement des amendes

Fouzi Lekjaa, le ministre délégué chargé du Budget, a déclaré vendredi que le montant des amendes pour trafic de drogues et autres délits, en attente de recouvrement par l’administration des douanes, est estimé à 800 milliards de dirhams.

Subventions maintenues au Maroc : un répit pour le pouvoir d’achat des ménages

Le gouvernement marocain a décidé de maintenir les subventions du gaz butane, du sucre et de la farine au titre de l’exercice 2024 dont le budget est estimé à 16,36 milliards de dirhams dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Le Maroc investit massivement dans sa défense et son industrie militaire

Le budget du ministère marocain de la Défense nationale devrait atteindre 124,7 milliards de dirhams l’année prochaine, selon le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un budget en hausse d’environ 5 milliards de dirhams par rapport à 2023.