Casablanca : plus de 100 membres de la Salafiya Jihadia devant la justice

3 juillet 2003 - 13h06 - Maroc - Ecrit par :

Dans le cadre des investigations menées par la police judiciaire pour identifier et arrêter les personnes impliquées, directement ou indirectement, dans les attentats terroristes de Casablanca, un groupe de douze individus a été présenté en début de semaine au Parquet de la Cour d’appel de Rabat. Deux autres individus ont également été présentés au juge d’instruction de cette même juridiction sur la base de données contenues dans la procédure de l’enquête préliminaire de la police judiciaire de Fès. Cela porte à cent seize le nombre d’inculpés déférés devant la justice. Ils sont pratiquement tous membres de la « Salafya Jihadia », que l’on serait tenté d’appeler « Assafalya Jihadya », un courant extrémiste qui prône, à l’instar d’autres groupuscules impliqués dans les attentats barbares du 16 mai, des idées obscurantistes d’un autre âge appelant au recours à la violence.

D’ailleurs, chez la majorité de ces barbares, la police a saisi un ensemble de livres dont le contenu prône, l’extrémisme et appelle à la violence. Ces deux derniers groupes qui ont été présentés lundi soir au Parquet de Rabat sont poursuivis pour « association de malfaiteurs dans le but de préparer et commettre des actes terroristes, tentative d’attenter à la vie et à la sécurité de personnes, détention d’armes à feu, fabrication d’explosifs et collecte et gestion de fonds avec l’intention de les utiliser pour commettre des actes terroristes ».

Dans une déclaration citée par l’agence Maghreb Arabe Presse, le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Rabat, M. Lahcen Laoufi, a précisé que « certains d’entre eux planifiaient des attaques pour s’emparer d’armes à feu appartenant à des agents de la police et de la gendarmerie en vue de les utiliser dans leurs actes terroristes, en désignant des personnes qu’ils comptaient liquider physiquement ».

M. Lahcen Laoufi a également précisé que « certains d’entre eux mettaient sous surveillance des personnes qu’ils projetaient de tuer ou de s’emparer de leur argent qui devait servir à financer des opérations terroristes dans diverses régions du Royaume. Ils ont également soumis à observation, dans le cadre de la recherche de moyens financiers, plusieurs institutions bancaires et d’autres établissements semi-publics en guettant l’occasion de les braquer. Parmi eux se trouvent des personnes qui ont hébergé chez elles des éléments étrangers connus pour leur implication dans des actes terroristes perpétrés à l’étranger et ne les ont pas dénoncés, outre leur tentative de fabriquer des explosifs au moyen de procédés artisanaux ».

Ainsi, on se retrouve avec ce que l’on appelait jadis les bandits de grands chemins, des scélérats perfides et fielleux dont la particularité première est la lâcheté. Une telle attitude ne peut être qualifiée que de traîtrise. Le peuple marocain dans son ensemble a dénoncé la barbarie du 16 mai et s’oppose avec toutes ses forces aux idées rétrogrades, sectaires, déstabilisatrices et meurtrières. Les investigations continuent et la justice dira son mot. Nous sommes dans un Etat de droit et ce ne sont pas quelques marchands ambulants incultes qui mettraient des siècles d’Histoire en équation.

Laïdi Parjou - Lematin.ma

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Terrorisme - Procès - Attentats de Casablanca

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...