Attentats de Casablanca : La peine maximale contre Pierre Robert

15 septembre 2003 - 19h50 - Maroc - Ecrit par :

La peine de mort a été requise lundi à Rabat contre Pierre Robert, le Français poursuivi au Maroc dans le cadre de l’enquête sur les attentats-suicide du 16 mai à de Casablanca.

Au moins onze autres "peines maximales" - des peines capitales - ont été requises par le procureur de la chambre criminelle de Rabat pour d’autres inculpés du groupe des 33 "complices" présumés de l’intégriste français.
Le procureur a précisé que les peines demandées n’étaient pas liées à une implication directe des prévenus dans les attentats terroristes du 16 mai à Casablanca, mais qu’elles concernaient la "préparation d’actes terroristes contre des sites commerciaux et touristiques notamment à Tanger, Fès, Rabat et Meknès".

Dans son réquisitoire, le procureur a cité le casino de Tanger (nord) et un supermarché de la même ville parmi les cibles des actes terroristes en préparation, précisant qu’ils auraient pu être "plus graves encore" que ceux perpétrés à Casablanca.
Le procureur, qui a isolé un groupe de 10 prévenus - parmi lesquels Pierre Robert - accusés d’être "les plus dangereux", a affirmé que les inculpés ont voulu préparer "le renversement du régime marocain et son remplacement par un autre". Il a requis la peine maximale contre deux autres membres du groupe qui sont accusés du meurtre d’une femme à Tanger.

La détention d’armes et de produits servant à fabriquer des explosifs sont des éléments déterminants dans l’enquête qui a été menée, a indiqué le procureur.

Originaire de Saint-Etienne (France), marié à une Marocaine et père de deux enfants, Pierre Robert avait été arrêté le 3 juin à Tanger (nord) dans le cadre d’un vaste coup de filet policier opéré dans les milieux islamistes après les attentats de Casablanca.

Le Français, dont le procès s’est ouvert le 25 aôut, avait assuré le 8 septembre avoir effectué en 1998 des "enquêtes" dans les milieux islamistes, en France et en Belgique, pour le compte des services secrets français, et laissé planer un doute sur des lien qu’il aurait pu conserver avec ce service.

Pierre Robert et ses 33 "complices" sont poursuivis pour "constitution d’association criminelle, complicité dans l’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, complicité dans l’homicide volontaire avec préméditation, fabrication et détention d’armes et d’explosifs".

AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Terrorisme - Procès - Attentats de Casablanca

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...