La justice marocaine poursuit la répression des intégristes

26 septembre 2003 - 07h32 - Maroc - Ecrit par :

Abdelwaheb Rafiki -dit Abou Hafs-, 33 ans, et Hassan Kettani, 31 ans, présentés comme « les cerveaux » des attentats islamistes de Casablanca (45 morts, dont 12 kamikazes, le 16 mai), ont été condamnés dans la nuit de jeudi à vendredi à 30 ans et 20 ans de réclusion criminelle.
Mercredi, le procureur général de la cour criminelle de Casablanca avait requis la peine de mort à l’encontre de ces deux prédicateurs considérés comme les « idéologues » du mouvement clandestin « Salafiya Jihadia » (le salafisme combattant).

La « Salafiya Jihadia », qui entretient des « liens organisationnels avec Al-Qaïda », selon le ministère marocain de l’Intérieur, est accusée d’avoir inspiré les attentats de Casablanca qui avaient fait 45 morts, le 16 mai.
Le procureur général, Saoud Gherin, avait requis la peine de mort contre Hassan Kettani et Abdelwaheb Rafiki - dit Abou Hafs et déjà condamné en 2002 pour « incitation à la haine et à la violence ». Les deux théologiens, qui prêchaient un islam radical anti-occidental et antisémite, ont été interpellés en février et en mars. Ils sont notamment accusés de « constitution de bande criminelle », « atteinte à la sûreté de l’Etat » et « tentatives d’assassinats ».
Ils ont été reconnus coupables.
Hassan Kettani et Abdelwaheb Rafiki, ont confirmé leur engagement islamiste à l’audience mais ont nié les charges matérielles censées démontrer leur « implication directe » dans les attentats du 16 mai.
« Ce sont eux les cerveaux des attentats », avait déclaré le procureur général. Régulièrement prononcée, la peine de mort n’est plus exécutée au Maroc depuis 1993. Au total, la peine capitale a été prononcée contre 16 islamistes impliqués dans la vaste enquête antiterroriste qui a suivi les attentats de Casablanca.
Près d’un millier de militants islamistes font actuellement l’objet de poursuites judiciaires.
Les avocats de la défense de Hassan Kettani et Abou Hafs s’étaient retiré mardi de l’audience pour protester contre le refus de la cour d’entendre des témoins à la barre.
Auparavant, la Cour criminelle de Rabat avait prononcé jeudi deux nouvelles condamnations à mort dans le cadre de cette enquête antiterroriste.
La Cour criminelle a condamné à mort Abdelwaheb Rabbah et Ahmed Slimani, impliqués dans le vol d’un dépôt d’armes d’une caserne militaire à Taza et dans le meurtre d’un fonctionnaire de justice à Nador. AP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Procès - Attentats de Casablanca - Hassan Kettani

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...