Chérifa Kersit , la diva amazighe

18 août 2006 - 07h40 - Culture - Ecrit par :

Née dans la région de Khénifra en 1967, Chérifa Kersit a fait ses débuts, dès son jeune âge, dans les mariages et les fêtes du village. Comme la plupart des filles de l’époque, elle n’a pu fréquenter l’école et a appris à chanter dans les collines et les vallées du Moyen-Atlas. Malgré l’opposition de ses parents, Chérifa s’est lancée dans son aventure artistique en tant que professionnelle. Sa rencontre avec de grands artistes amazighs tels Rouicha et Meghni, lui permettra de connaître le grand public et une certaine renommée nationale.

Avec sa voix imposante et exceptionnelle, elle s’illustrera comme une chanteuse amazighe confirmée à l’instar de Hadda Ouâkki, Rqya Abbou, Tamhaoucht mais restera toujours à l’ombre de ces grandes stars de la chanson amazighe et n’a pu enregistrer de chansons en son nom qu’après une tournée en France où elle a enregistré en 2002 son premier album "Berbère blues". Ce qui ne l’empêchera pas de continuer le rôle d’accompagnatrice de grands chanteurs à certaines occasions. Cette indépendance lui permettra de connaître un franc succès avec son apparition dans plusieurs festivals en Europe et au Royaume. Sa poésie profonde et métaphorique, comme c’est le cas souvent dans les vers amazighs, traite du bonheur, de l’amour, de la tristesse mais porte aussi sur des thèmes philosophiques de la vie.

Diva et reine de la musique amazighe, actuellement Chérifa est incontestablement une voix noble comme l’indique son nom. Une voix aérienne, puissante et rugueuse qui crée une atmosphère de grandeur et une ambiance indescriptible. Une grande force émane de cette voix sensuelle.

Elle excelle dans la Tamawait (échanges de vers poétiques aux thèmes diversifiés) qui nécessite généralement une grande force vocale et entame une chanson avec des mélodies de Loutar rythmées ensuite par les bendirs.

Une voix poussée volontairement à l’extrême et qui procure un mélange de chaleur, de sensualité,de mélancolie, qui donne à l’atmosphère qu’elle occupe une grandeur et une ambiance particulière ; une grande force émane de sa voix puissante et crée un réel pouvoir d’exprimer les émotions, les sentiments. Une magie ineffable pour dire la réalité de tous les jours.

Lorsqu’on écoute Chérifa, on est emporté par la voix caressante et suave d’une diva de grand talent qui traverse les profondeurs de l’âme. Devant le public, Chérifa affiche toujours une nature calme et sereine et donne une impression de mélancolie éternelle.

Il est certain que le parcours artistique de cette chanteuse populaire amazighe a contribué à la promotion de la culture et l’art amazighs à travers le monde.

Kamal Mountassir - Libération

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Musique - Amazigh - Chérifa Kersit

Aller plus loin

Le souvenir de la diva Oum Kalthoum reste ancré dans le cœur des Marocains

Quarante-sept ans après sa disparition, la diva Oum Kalthoum continue d’occuper une place de choix dans le cœur des mélomanes marocains, qui ne se lassent pas d’écouter ses...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi en deuil

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi vient d’annoncer une triste nouvelle dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Flou autour des circonstances du décès de Cheikha Tsunami

La chanteuse Cheikha Tsunami, grande icône du Chaâbi, s’est éteinte mardi 17 octobre à l’Hôpital militaire de Rabat, à l’âge de 45 ans. Les circonstances de son décès restent floues.

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Des erreurs sur les panneaux d’autoroutes marocaines

Le député Kamal Ait Mik, membre du groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des conseillers, a relevé des erreurs dans l’écriture des mots amazighs sur les panneaux de signalisation routière.

Divorce de Tamer Hosny et Bassma Boussil

Basma Boussel, la célèbre styliste et chanteuse marocaine, a annoncé son divorce avec le chanteur égyptien Tamer Hosny. L’annonce a été faite sur le compte Instagram de Boussel, avec un message qui a ému ses fans.

Qui sont les représentants du Maroc aux AFRIMA 2022 ?

En tout, quatre artistes marocains sont nominés dans plusieurs catégories aux Africa Music Awards (AFRIMA) qui se tiendront du 8 au 11 décembre 2022.

Taxe musique et télévision : Les restaurateurs et cafetiers marocains se révoltent

En plein bras de fer avec le Bureau marocain du droit d’auteur (BMDA), les propriétaires de cafés et restaurants au Maroc ont décidé de porter l’affaire devant la justice. Ils réfutent les demandes de redevance émises par le BMDA, affirmant qu’elles ne...

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.