Vaste opération anti-corruption à Casablanca, une trentaine d’arrestations

31 mars 2022 - 06h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

A Casablanca, 31 individus, dont 18 fonctionnaires du secteur de la santé et 13 chefs d’entreprises et employés, ont été déférés devant le parquet, soupçonnés d’être impliqués dans une affaire de détournement et la dilapidation de fonds publics.

Leur interpellation fait suite à une enquête menée par le Bureau national de lutte contre les crimes économiques et financiers pour des soupçons de fraude dans l’exécution et la passation de marchés publics dans le secteur de la santé ces dernières années, en contrepartie d’importants pots-de-vin, d’abus de pouvoir, de corruption, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les suspects sont également soupçonnés d’avoir fourni du matériel médical et paramédical usagé. A cela s’ajoute la complicité de certains employés et ingénieurs des services centraux et régionaux du secteur de la santé dans la divulgation de secrets professionnels au profit de prestataires de services et de chefs d’entreprises privées, souligne la même source.

A lire : Marrakech : un commissaire accusé de relation extra-conjugale, detournement et extorsion

Les perquisitions effectuées ont permis de saisir d’importantes sommes d’argent chez deux ingénieurs biomédicaux exerçant dans le secteur de la santé, perçues comme pots-de-vin, ajoute le communiqué, soulignant qu’il a été également procédé à l’audit, l’examen et la révision des marchés publics en question et à l’exécution d’ordres judiciaires portant sur la saisie de biens et le gel des fonds soupçonnés provenir de ces actes criminels.

Les suspects ont été déférés devant le parquet général près la Cour d’Appel de Casablanca, en attendant les démarches procédurales, expertises et audits requis par l’enquête préliminaire dans cette affaire, conclut le communiqué.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) - Arrestation

Aller plus loin

Maroc : 21 ans de prison pour détournements de fonds sur les comptes des clients de la banque

Le tribunal de première instance d’Essaouira a condamné trois cadres bancaires et un inspecteur régional à 21 ans de prison cumulés. Il leur est reproché le détournement de...

Oujda : déférés au parquet pour implication dans des opérations d’immigration clandestine

Après leur placement en garde à vue, cinq individus, âgés entre 32 et 60 ans, ont été déférés devant le procureur pour leur implication présumée dans une affaire de faux et...

Marrakech : un commissaire accusé de relation extra-conjugale, detournement et extorsion

Un commissaire principal de police et la gérante d’une agence bancaire ont été déférés samedi devant le parquet près la cour d’appel de Marrakech, dans le cadre d’une affaire de...

Cellule terroriste : cinq individus déférés devant le juge

Cinq individus arrêtés le 10 septembre par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) pour leur implication présumée dans une cellule terroriste, ont été déférés...

Ces articles devraient vous intéresser :

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...