Elections législatives : fin de la campagne de recensement du corps électoral

26 juin 2002 - 15h01 - Maroc - Ecrit par :

Les opérations de recensement du corps électoral marocain se sont achevées mercredi après une intense campagne du ministère marocain de l’Intérieur pour l’organisation des "premières élections transparentes" depuis l’indépendance du royaume en 1956.

Note de bladi.net : Les MRE ne sont pas des citoyens Marocains ?

Le corps électoral marocain est évalué à environ 17 millions de personnes, la majorité légale étant fixée à 20 ans. La date butoir pour l’inscription sur les listes électorales a été repoussée du 16 au 26 juin pour permettre au plus grand nombre de citoyens d’accomplir cette formalité dans la perspective des élections législatives prévues le 25 septembre.

"Pour la première fois au Maroc, le gouvernement va pouvoir organiser des élections transparentes", a déclaré le Premier ministre socialiste Abderrhamnane Youssoufi qui dirige depuis février 1998 un gouvernement dit "d’alternance démocratique". Ce gouvernement de coalition est issu des élections législatives de novembre 1997, notoirement trafiquées par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Driss Basri, limogé par le roi Mohammed VI en novembre 1999.

Sous le thème "Transparence et Crédibilité", l’actuel ministre de l’Intérieur, Driss Jettou, a engagé une vaste campagne de communication dans la presse écrite, audiovisuelle et même par téléphonie mobile (messages SMS) invitant les Marocains "à prendre leur avenir en main" et à accomplir "un grand pas pour la démocratie".

Cette campagne, qui s’accompagne d’une généralisation en milieu rural de la délivrance et l’usage de la Carte nationale d’identité (CNI), a été confiée à l’agence de publicité française Klem-Euro-RSCG. Elle fait suite à la publication de plusieurs sondages soulignant la démobilisation du corps électoral et sa défiance vis-à-vis des principaux partis politiques marocains. Un sondage réalisé en mai sur 1.200 personnes par l’institut CSA-TMO rapportait ainsi que 81% des sondés se déclaraient "sans appartenance partisane".

Utilisant le mode du scrutin de liste à la proportionnelle, avec un représentation accrue des femmes en application d’un quota, ces élections sont la première consultation populaire depuis l’accession au trône en juillet 1999 du roi Mohammed VI.

Source : AP

Sujets associés : Vote MRE - Elections - Aberrahmane El Youssoufi

Ces articles devraient vous intéresser :

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...