Il y a encore des esclaves au Maroc selon l’ONU

25 mars 2014 - 20h43 - Maroc - Ecrit par : J.L

L’esclavagisme existerait encore au Maroc si l’on en croit un rapport onusien cité par le quotidien Akhbar Al Yaoum, selon lequel 0,1% de la population marocaine seraient des esclaves. Le phénomène serait encore courant au sud du Maroc, d’après l’ONU.

Le rapport cité à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, célébrée le 25 mars de chaque année, nous apprend que des Marocains seraient encore victimes d’esclavage dans les régions de Tata, Illigh, Errachidia et Ouarzazate.

"Le phénomène de la traite d’êtres humains n’existe plus au Maroc... (...), je ne sais pas d’où ils tirent ces statistiques", indique Mohamed Naji, historien et anthropologue marocain interrogé par Akhbar Al Yaoum.

La pratique a été abandonnée au Maroc depuis 1959, date à laquelle le Royaume avait adhéré à la convention de lutte contre l’esclavage. Mais la disparition de ce phénomène ne signifie pas que cette mentalité a cessé d’exister dans le pays, où l’esclavage apparait clairement dans le rapport entre les citoyens et l’autorité, explique le chercheur.

En 2013, le Maroc occupait le 93è rang du "Global Slavery Index", indice mondial de l’esclavage moderne édité par la Fondation Walk Free, selon lequel 50.000 esclaves vivent encore au Maroc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : ONU - Ouarzazate - Errachidia - Tata - Esclavage moderne

Ces articles devraient vous intéresser :

Violences policières : la France sermonnée par l’ONU

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, l’organe affilié aux Nations unies, exprimé sa « profonde préoccupation » concernant les pratiques des forces de police en France vis-à-vis des minorités. Cette inquiétude fait suite au décès...

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Le Maroc menace d’occuper le reste du Sahara

L’ambassadeur du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a laissé entendre que le Maroc pourrait récupérer la partie du Sahara située à l’est du mur de séparation.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Le Roi Mohammed VI en visite au Sahara ?

Le roi Mohammed VI serait attendu dans les prochains jours au Sahara où il se rendra dans plusieurs villes.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.