Domestiques indonésiennes, esclaves sexuelles au Maroc

9 avril 2013 - 11h09 - Maroc - Ecrit par : J.L

Des dizaines de domestiques indonésiennes sont affamées, torturées et exploitées sexuellement par leurs employeurs marocains. L’ambassade d’Indonésie à Rabat reçoit en moyenne un appel par jour d’employées de maison indonésiennes maltraitées par leurs patrons marocains.

En 2012, une vingtaine de cas a été traitée par l’ambassade d’Indonésie au Maroc, a expliqué le responsable des affaires consulaires, lors d’une conférence organisée samedi au siège du Centre Marocain des Droits de l’Homme.

Le diplomate indonésien a dénoncé l’existence au Maroc, d’un réseau d’intermédiaires qui profitent de la misère des femmes dans des pays pauvres, pour les convaincre de venir travailler pour de riches marocains.

Ces familles choisissent en général d’engager des domestiques originaires de l’Asie du sud-est, pour préserver leurs secrets, mais aussi pour qu’elles apprennent à leurs enfants l’anglais. Ces femmes sont exploitées pour des travaux pénibles et parfois même immoraux, sans qu’elles aient de recours pour se défendre.

Environ 200 bonnes indonésiennes travaillent à Casablanca, Marrakech et Rabat, pour un salaire moyen de 200 dollars par mois, qu’elles ne perçoivent parfois même pas complètement.

L’une d’elles, Anita, était employée dans une villa cossue du quartier California à Casablanca, où elle a été maltraitée et exploitée sexuellement pendant près d’un an. Libérée par la police, la jeune femme de 26 ans vit depuis dix mois dans les locaux de l’ambassade de son pays à Rabat. La justice tarde à se prononcer sur la plainte qu’elle a déposée contre ses anciens employeurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Casablanca - Rabat - Pauvreté - Femme marocaine - Indonésie - Esclavage moderne

Aller plus loin

Une soixantaine de femmes de ménage marocaines rapatriées d’Arabie Saoudite

Une soixantaine de femmes de ménage marocaines ont été rapatriées d’Arabie Saoudite grâce à l’aide de l’ambassade du Maroc et les autorités saoudiennes.

Ces articles devraient vous intéresser :

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Maroc : le mariage fastueux de la fille d’un haut dirigeant soulève des polémiques

Le mariage somptueux organisé par le président de la Chambre des conseillers, Naam Miyara, pour sa fille, soulève de vives polémiques. La quatrième personnalité politique du Maroc après le roi, le chef du gouvernement et le président de la Chambre des...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : une aide directe pour les plus pauvres

Le gouvernement envisage d’accorder en 2023 une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Plus précisément, sept millions d’enfants et 3 millions de familles seront concernés.