« Escobar du Désert » : des réponses peu convaincantes des accusés

26 décembre 2023 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les mis en cause dans l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El Jadida depuis 2019 et transféré il y a quelques jours à la prison d’Oukacha, ont fait face au feu des questions du procureur du roi près la Cour d’appel de Casablanca.

Alors que le parquet général détient des preuves mis à sa disposition par les enquêteurs de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), les mis en cause ont fourni des réponses peu convaincantes aux questions posées par le procureur. Interrogé sur le virement de fortes sommes d’argent sur son compte bancaire, Said Naciri, président du Wydad de Casablanca, parlementaire du Parti authenticité et modernité (PAM), et par ailleurs président du Conseil préfectoral de Casablanca répétait : « Ça m’appartient », fait savoir H24info. Selon les explications du mis en cause, le montant de 10 millions de dirhams viré sur son compte « provient de la vente d’un joueur à un club du Golfe ». Naciri a en outre eu du mal à répondre à une question sur son implication dans un trafic de drogue. Un autre accusé aurait affirmé l’avoir vu assister à une opération de chargement de drogues dans un camion.

À lire : « L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Lors de son audition, le président de la Région de l’Oriental, Abdenbi Bioui, membre du bureau politique du PAM a répété n’avoir pas de lien avec les faits qui lui sont reprochés, ni le trafiquant de drogue dénommé le Malien. Un autre PAMiste est également impliqué dans cette affaire. Son nom : Belkassem Mir, ancien député du PAM à la première chambre. Il a été accusé d’avoir falsifié un contrat pour une villa de luxe à Oujda, en plus d’avoir participé au trafic de drogue. Après l’annonce de leur comparution, ces trois membres du PAM ont été suspendus par le bureau politique du parti du tracteur.

À lire : Maroc : un baron de la drogue livre le nom d’un parlementaire

Au total, 25 individus comparaissent dans le cadre de cette affaire devant le procureur général. Parmi eux, des hommes d’affaires, une créatrice de mode, des chefs d’entreprise, des commerçants, un notaire, ainsi que des cadres de la fonction publique et de haut responsables sécuritaires. Ils doivent répondre aux accusations de trafic international de drogue, blanchiment de capitaux, spoliation de bien immobilier, mainmise sur des véhicules volés, faux et usage de faux, etc. Suivant la réquisition du procureur général, le juge d’instruction les a tous placés en détention provisoire. Les auditions pourraient se poursuivre jusqu’au 25 janvier 2024. Il n’est pas exclu que de nouvelles têtes tombent dans le cadre de cette affaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Drogues - Trafic - Prison d’Oukacha

Aller plus loin

"Escobar du désert" : Latifa Raâfat fait des révélations sur son ex-mari

Suite à l’éclatement de l’affaire Lhaj Ahmed Benbrahim alias « Escobar du Désert », du nom du Malien incarcéré dans la prison d’El Jadida depuis 2019 et transféré il y a...

« Escobar du désert » : Saïd Naciri balance le nom d’une chanteuse

Arrêté pour son implication présumée dans l’affaire « Escobar du désert », Saïd Naciri, président du Wydad Athletic et député du Parti authenticité et modernité (PAM), a cité le...

L’« Escobar du désert » victime d’une tentative de meurtre ?

La Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR) a opposé un démenti formel aux informations selon lesquelles le trafiquant de drogue...

« Escobar du désert » : Latifa Raafat menace

La chanteuse marocaine Latifa Raafat menace de poursuivre les activistes de réseaux sociaux qui l’accusent d’être impliquée dans l’affaire « Escobar du désert », du nom du...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.