Démenti autour d’une probable audition de Brahim Ghali

5 mai 2021 - 20h00 - Espagne - Ecrit par : S.A

Le haut tribunal espagnol de l’Audience nationale a apporté un démenti formel au sujet d’une probable audition de Brahim Ghali, leader du Polisario, admis dans un hôpital de Logroño, non loin de Saragosse, sous le nom d’emprunt de Mohamed Ben Battouche, de nationalité algérienne.

Brahim Ghali « n’a pas été convoqué aujourd’hui (mercredi) », a assuré à l’AFP le porte-parole de l’Audience nationale. Une déclaration qui contredit celle d’une source proche du dossier. Cette dernière avait déclaré à la même agence de presse que le leader du Polisario avait été convoqué pour une audition prévue ce mercredi suite à une plainte déposée par El Fadel Breika, -un dissident du mouvement indépendantiste naturalisé espagnol- pour « enlèvement, détention arbitraire et torture » dans les prisons de Tindouf.

Les médias espagnols avaient rapporté que le magistrat Santiago Pedraz Gomez, juge d’instruction de Madrid avait émis une convocation pour l’audition du chef des séparatistes le 5 mai, ainsi que celle d’autres membres influents du mouvement indépendantiste. Une autre source a indiqué que le même magistrat avait décidé de reporter l’audition du chef du Polisario au 7 mai. « Il a seulement été demandé à la police de le localiser et de vérifier s’il était en Espagne. […] Le juge a demandé à la police qu’elle fasse les vérifications nécessaires pour certifier que cette personne que l’on dit hospitalisée à Logroño (nord de l’Espagne) est bien lui », a poursuivi le porte-parole du tribunal.

Depuis l’admission du patron du Polisario en Espagne le 21 avril, les victimes espagnoles du mouvement indépendantiste réclament justice. Les tensions sont montées d’un cran entre le Maroc et l’Espagne. Lors d’une récente conférence de presse, Arancha Gonzalez Laya, ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération espagnole a réaffirmé que les relations entre les deux pays sont des plus « meilleures » et que le royaume et la péninsule ibérique ne sont pas que des voisins mais « deux partenaires privilégiés ». Son homologue, Nasser Bourita, lui a dénoncé la « relation à la carte » que Madrid entretient avec Rabat.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Algérie - Brahim Ghali

Aller plus loin

Le chef du Polisario devant la justice espagnole ?

Brahim Ghali, leader du Polisario actuellement hospitalisé à Logroño, devrait faire face à la justice espagnole. Le magistrat Santiago Pedraz Gomez, juge d’instruction de Madrid...

Les victimes espagnoles du Polisario réclament l’arrestation de Brahim Ghali

L’hospitalisation en Espagne de Brahim Ghali a fait réagir, samedi, les victimes espagnoles des actes de terrorisme perpétrés par le Polisario. À travers un communiqué, ces...

L’Espagne dans l’embarras avec la présence de Brahim Ghali

La récente admission de Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, dans un hôpital espagnol, n’affecte pas les relations de l’Espagne avec le Maroc. C’est ce qu’a affirmé...

Espagne : report de l’audition du leader du Polisario

Initialement prévue ce mercredi 5 mai, l’audition de Brahim Ghali, leader du Polisario, hospitalisé à Logroño depuis le 21 avril dernier, a été reportée à vendredi. Ainsi en a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.