Les victimes espagnoles du Polisario réclament l’arrestation de Brahim Ghali

25 avril 2021 - 15h00 - Espagne - Ecrit par : J.D

L’hospitalisation en Espagne de Brahim Ghali a fait réagir, samedi, les victimes espagnoles des actes de terrorisme perpétrés par le Polisario. À travers un communiqué, ces victimes dénoncent la décision des autorités espagnoles et réclament l’arrestation immédiate du chef des séparatistes.

Dans un communiqué rendu public samedi, l’Association Canarienne des victimes du terrorisme (Acavite) réclame l’arrestation immédiate par l’Audience Nationale du leader du Polisario, admis dans un hôpital espagnol alors qu’il fait objet d’un mandat de recherche et d’arrêt pour des attentats. À en croire les termes du communiqué, Brahim Ghali est le principal commanditaire des « assassinats de travailleurs canariens » sur le territoire du Sahara ainsi que des enlèvements collectifs et des disparitions d’équipages en haute mer de marins canariens entre 1973 et 1986.

N’admettant pas la décision des autorités espagnoles d’autoriser « l’entrée et l’hospitalisation illégales » dans un hôpital public d’une personne accusée d’avoir assassiné des citoyens espagnols, l’Acavite considère que le fait d’offrir l’hospitalité à Brahim Ghali constitue pour les familles une humiliation et un mépris.

Forte de 300 victimes du terrorisme du Polisario, l’Acavite soutenue par la Fédération nationale des victimes d’Espagne, invite la justice et le gouvernement espagnols, qu’elle accuse, de participer à un « blanchiment des actions terroristes » de Brahim Ghali. L’association invite en outre les autorités espagnoles à venir à la rescousse des Canariens victimes des actes de terreur du Polisario que de protéger un « criminel ».

Il faut noter que le politologue espagnol, Pedro Ignacio Altamirano, a quant à lui, déposé, samedi, une plainte via son avocat auprès du juge d’instruction du tribunal de Malaga contre Brahim Ghali. Toujours dans la même logique, les avocats de l’Association sahraouie de défense des droits de l’homme (ASADEDH) ont demandé aux autorités espagnoles d’activer le mandat d’arrêt européen émis à l’encontre du dénommé Brahim Ghali. Sur les réseaux sociaux, des voix s’élèvent également pour réclamer l’arrestation immédiate du leader du Polisario pour raisons diverses notamment pour menaces de mort et diffamation.

Brahim Ghali, 73 ans et malade d’un cancer de l’estomac et infecté au Covid-19, est hospitalisé dans un hôpital à Logrono, près de Saragosse, sous une fausse identité et avec des papiers falsifiés pour échapper à la justice espagnole. Une information confirmée par les autorités espagnoles.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Polisario - Sahara Marocain - Brahim Ghali

Aller plus loin

Brahim Ghali poursuivi pour faux et usage de faux

Brahim Ghali, le chef du Polisario n’en a pas fini avec la justice espagnole. Il fait l’objet depuis mercredi, d’une procédure judiciaire ouverte par un juge du tribunal numéro...

Nouvelle plainte contre Brahim Ghali

Le politologue espagnol Pedro Ignacio Altamirano avait déposé une plainte pour menaces de mort contre le leader du Polisario Brahim Ghali auprès du juge d’instruction du...

Brahim Bouhlel : un an de prison au Maroc pour « sa mauvaise blague »

L’humoriste français, Brahim Bouhlel et l’influenceur Zbarbooking ont été condamnés à la prison ferme par la justice marocaine pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux une...

Décès de Sid Ahmed Al Batal, un membre fondateur du Polisario

Sid Ahmed Al Batal, membre fondateur du Front Polisario et ministre de l’Équipement de la «  République arabe sahraouie démocratique (RASD)  », est décédé mercredi à l’âge de 69...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

Le Maroc menace d’occuper le reste du Sahara

L’ambassadeur du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a laissé entendre que le Maroc pourrait récupérer la partie du Sahara située à l’est du mur de séparation.

« La marocanité du Sahara est irréfutable »

La souveraineté du Maroc sur le Sahara est irréfutable si l’on s’en tient aux documents royaux historiques, a affirmé jeudi Bahija Simou, la directrice des Archives royales, lors d’une conférence organisée par l’Association Ribat Al Fath pour le...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Le Maroc déploie de grands moyens pour surveiller ses frontières

Le Maroc mobilise d’importantes ressources matérielles et humaines pour contrôler et surveiller ses frontières terrestres longues de 3 300 km et maritimes sur une distance de 3 500 km en plus de l’espace aérien.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Sahara : un drone marocain abattu par le Polisario ?

Des images montrant un drone prétendument marocain abattu par le Polisario dans le Sahara circulent sur les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il en réalité ?

Des joueurs marocains « pris en otage » en Algérie

Alors qu’ils sont arrivés en Algérie dans le cadre du match aller des demi-finales de la Coupe de la Confédération de la CAF, les joueurs et le staff de la Renaissance sportive de Berkane ont été « pris en otage » en raison du maillot contenant une...