L’Espagne comme terre d’asile des lesbiennes marocaines

21 septembre 2019 - 09h00 - Espagne - Ecrit par : G.A

Les cas de demande d’asile des Marocaines qui se disent lesbiennes, dans les présides de Sebta et de Melilla, deviennent légion. Les autorités compétentes y accueillent ces femmes âgées pour la plupart de quinze à vingt ans, et étudient minutieusement leurs dossiers sous la supervision d’assistantes sociales.

Elles sont plus de 300 Marocaines à afficher leur homosexualité à Sebta et de Melilla. Ce nombre, enregistré depuis le début de cette année, s’accroît chaque mois, selon la presse locale, mettant les autorités espagnoles devant des situations complexes.

Pour s’assurer de la véracité des raisons avancées par ces femmes, qui disent être persécutées au Maroc à cause de leur orientation sexuelle, des bases de données sont consultées, des investigations sont menées et des enquêtes sur leur environnement sont lancées avant de leur accorder « l’asile sexuel ».

On signale ainsi que ces femmes sont soutenues par des associations de la société civile et encouragées par des associations en Europe qui les amèneraient à immigrer clandestinement afin de saisir la Cour européenne de Justice, au Luxembourg.

Pour rappel, l’article 489 du Code pénal du Maroc criminalise « les actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe. » L’homosexualité est illégale au Maroc, punissable de 6 mois à 3 ans d’emprisonnement et d’une amende de 120 à 1200 dirhams.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Homosexualité Maroc - Fuite

Ces articles devraient vous intéresser :

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.