Les étudiants marocains bloqués en Ukraine se cachent dans des stations de métro

27 février 2022 - 12h40 - Monde - Ecrit par : S.A

Craignant pour leur vie, les étudiants marocains bloqués en Ukraine se cachent dans des stations de métro. Trois jours après l’invasion russe, les combats font rage à Kiev et Kharkiv.

La guerre se poursuit entre la Russie et l’Ukraine au grand dam du peuple ukrainien et des étudiants marocains bloqués dans le pays. « Juste avant l’aube jeudi (24 février), nous avons entendu le bruit d’explosions. C’était assourdissant et pétrifiant. C’est à ce moment-là que nous avons su que la guerre avait commencé », a déclaré The New Arab Ayman, un étudiant marocain à Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine. Ses amis et lui ont dû se réfugier dans la station de métro la plus proche avec des centaines d’Ukrainiens et d’étrangers. « Nous nous cachons dans une station de métro à Kharkov. Il y a beaucoup de monde ici. Nous avons peur et nous ne pouvons pas dormir à cause des bruits d’explosion. Le gouvernement marocain doit nous aider », a ajouté Ayamn.

À lire : Les étudiants marocains encore bloqués en Ukraine vivent dans la terreur

Suite à l’enclenchement de l’attaque militaire russe en Ukraine, l’ambassade du Maroc à Kiev a, dans un communiqué en date du 25 février, appelé les citoyens marocains ayant choisi de rester sur le territoire ukrainien à observer les orientations et les mesures de sécurité ordonnées par les autorités ukrainiennes compétentes. Elle leur a aussi conseillé de « ne quitter les lieux de résidence que pour nécessité impérieuse », d’«  être constamment munis de leurs pièces d’identité, et de rester en contact permanent avec l’ambassade et la cellule de crise mise en place ».

À lire : L’incroyable parcours de deux étudiants marocains qui ont quitté l’Ukraine (vidéo)

Les étudiants marocains restés bloqués en Ukraine ne souhaitent qu’une chose : rentrer au Maroc. Mais certains affirment que l’ambassade du royaume à Kiev n’affiche aucune volonté à les aider dans ce sens. « Nous vous avons demandé de partir plus tôt », c’est l’expression que nous entendons chaque fois que nous appelons l’ambassade du Royaume en Ukraine, a déploré Ayoub Kerkachi, un étudiant marocain de la ville occidentale de Lviv. Nous ne sommes pas partis. Maintenant, nous avons besoin d’autres solutions ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Russie - Etudiants - Ukraine

Aller plus loin

Des Marocains obligés de payer des pots-de-vin pour quitter l’Ukraine

De nombreux Marocains qui quittent l’Ukraine donnent des pots-de-vin pour pouvoir traverser les points d’accès frontaliers avec la Roumanie, la Hongrie et la Slovaquie. C’est ce...

L’incroyable parcours de deux étudiants marocains qui ont quitté l’Ukraine (vidéo)

Mohamed Essrhir et Mehdi Aghfir, deux étudiants marocains en 3e et 5e année de médecine à l’Université nationale de Kharkiv (Ukraine), ont réussi à quitter la ville et le pays...

Quatre nouveaux numéros d’urgence pour les Marocains bloqués en Ukraine

Le Maroc a décidé de mettre à la disposition de ses ressortissants bloqués en Ukraine, quatre nouveaux numéros d’urgence.

En Ukraine, une étudiante marocaine échappe à un viol

Fuyant la guerre russo-ukrainienne, Doha, étudiante marocaine de 23 ans, a parcouru 1 676 km de Kharkov à Budapest avant de prendre un vol pour Casablanca. Un périple difficile...

Ces articles devraient vous intéresser :