La facture pétrolière marocaine a plus que doublé en deux mois

5 avril 2008 - 10h47 - Economie - Ecrit par : L.A

Les importations marocaines de pétrole brut ont atteint, au terme de la période janvier-février 2008, quelque 5,9 milliards de dirhams, s’inscrivant ainsi en hausse de 129,7 pc par rapport au niveau enregistré une année auparavant, selon l’Office des changes.

En volume, ces importations n’ont progressé que de 47,4 pc pour passer de 779.500 tonnes à 1,15 million de tonnes. L’accroissement de la facture pétrolière s’explique donc essentiellement par le renchérissement des cours du pétrole sur le marché international. Le prix moyen de la tonne importée a progressé de 55,9 pc, passant de 3300 DH/T durant la période janvier-février 2007 à 5144 DH/T une année après. Le baril de pétrole se négocie actuellement sur les marchés internationaux à un prix dépassant la barre des 100 dollars.

Pour leur part, les achats du Maroc en gaz de pétrole et autres hydrocarbures ont progressé de 20,3 pc à 1,57 MMDH. La même tendance à la hausse a été enregistrée au niveau des acquisitions du gasoil et fuel-oil, qui ont atteint, durant les deux premiers mois de l’année en cours, quelque 1,5 MMDH (+42,3 pc).

Suite à cette évolution, les importations de produits énergétiques ont augmenté de 70,3 pc pour atteindre quelque 10,15 MMDH contre 5,96 MMDH. Ces produits représentent 21,6 pc des importations globales de marchandises, qui ont totalisé, au terme de la période janvier-février 2008, quelque 46,97 MMDH.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Croissance économique - Energie - Budget - Pétrole - Office des changes

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains paieront plus cher l’électricité

Les autorités marocaines ont décidé de relever les taux de TVA appliqués aux tarifs de l’électricité sur la période 2024-2026.

Centrale de Ouarzazate : les dégâts déjà réparés suite au séisme

Le ministère marocain de l’Énergie a assuré que les infrastructures énergétiques n’ont subi aucun dommage lors du séisme d’Al Haouz, à l’exception de la centrale solaire de Ouarzazate où des dégâts « mineurs » ont été constatés et déjà réparés.

Les transferts des MRE se maintiennent en hausse

Les transferts effectués par les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont augmenté de 28,6 % par rapport à février 2022. C’est ce que précisent les indicateurs mensuels des échanges extérieurs de l’Office des changes.

Gazoducs, regazéification et hydrogène vert : les paris du Maroc

Le Maroc travaille à développer les énergies renouvelables pour garantir son indépendance énergétique. Les autorités du royaume ont prévu un plan ambitieux de construction d’oléoducs et de gazoducs pour atteindre cet objectif d’ici 2030.

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Les Marocains de France battent des records de transfert

Les Marocains du monde ont transféré au Maroc près de 115,15 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2023, soit une hausse de 4 % par rapport à la même période de 2022 (110,72 MMDH), révèle l’Office des changes.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Un important gisement de cuivre découvert au Maroc

Un important gisement de cuivre vient d’être découvert par la société minière marocaine Red Rock Mining, spécialisée dans la recherche et l’exploitation de gisements de cuivre et soutenue par des investissements étrangers.

Traque aux fraudeurs : les influenceurs marocains dans le collimateur du fisc

La direction générale des impôts (DGI) vient d’adresser une mise en demeure aux influenceurs possédant des biens ou recevant de l’argent de l’étranger, les invitant à les déclarer et à payer l’impôt correspondant.