Des fillettes de 9 ans exploitées dans des orgies dans une école primaire à Rabat

2 avril 2014 - 22h31 - Maroc - Ecrit par : J.L

Plusieurs dizaines de jeunes filles âgées de 9 à 11 ans, pensionnaires d’un orphelinat de Rabat, étaient exploitées sexuellement dans des orgies organisées dans une école primaire du centre ville de la capitale administrative marocaine. L’affaire a été révélée par l’une des victimes, âgée d’à peine 11 ans, qui en avait informé la direction de l’orphelinat.

L’orphelinat et l’association "Touche pas à mes enfants", qui s’est constituée partie civile, ont déposé une plainte auprès du procureur général du Roi auprès de la cour d’appel de Rabat, pour dénoncer cette affaire de pédophilie à grande échelle.

Les témoignages des victimes sont déchirants. Les petites filles ont été obligées à subir les fantasmes les plus macabres du directeur de l’établissement scolaire où elles étaient inscrites.

L’homme violait les petites filles dans son bureau, mais aussi dans certaines classes de l’école. Ces enfants auraient même été soumis à des pratiques pornographiques, d’après l’un des témoignages.

Les petites filles qui résistaient obtenaient de mauvaises notes. Le directeur de l’école piégeait les jeunes filles avec l’aide de l’une des institutrices de l’école.

Mise à jour du 6 avril : le directeur de l’école a été placé en détention provisoire à la prison de Salé. Il sera entendu le 21 avril prochain, lors d’un interrogatoire détaillé.

Sujets associés : Rabat - Pédophilie - Jeunesse - Touche pas à mon enfant

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.