La France craindrait-elle de plus en plus le Maroc ?

20 novembre 2022 - 15h50 - France - Ecrit par : S.A

Partant de plusieurs postulats, le quotidien français Le Monde évoque l’origine du coup de froid entre la France et le Maroc.

Le journal du soir vient de consacrer un long article au refroidissement des relations entre le Maroc et la France, intitulé « Entre le Maroc et la France, le grand désamour ». Restriction de visas, la question du Sahara, réchauffement franco-algérien, soupçons d’espionnage marocain avec le logiciel israélien Pegasus et pratiques d’entrisme, jugées « déloyales » à Paris… Autant de sujets qui fâchent et qui mettent à mal les relations Rabat et Paris. Mais selon Abdelmalek Alaoui, communicant et président de l’Institut marocain d’intelligence stratégique, l’origine des tensions entre les deux pays est ailleurs.

À lire : Le froid entre le Maroc et la France confirmé par le départ de Benchâaboun

« Le nœud du problème, c’est que le Maroc a affiché ses ambitions de boxer dans la catégorie supérieure. Il est devenu une puissance régionale émergente qui veut s’affranchir d’une relation asymétrique avec Paris », a déclaré le communicant, faisant remarquer que « ‘l’évolution doctrinale’ » de Rabat « l’amène à ‘diversifier’ ses partenaires, scellant une quasi-alliance militaire avec Israël, coproduisant des vaccins avec la Chine ou envisageant une coopération dans le nucléaire civil avec la Russie, autant de gestes d’émancipation qui contrarieraient une France habituée à un ‘pré carré’ africain discipliné ».

À lire : François Hollande plaide pour une reprise des relations entre le Maroc et la France

Commentant les propos du communicant, l’auteur de l’article estime que « la France prendrait même ombrage de l’activisme économique du Maroc en Afrique subsaharienne. Une espèce de rivalité opposerait désormais les deux pays sur certains marchés comme la banque ou même l’armement, secteur où Rabat s’imagine comme une future industrie exportatrice grâce à des transferts de technologie israéliens. » « La France est consciente que l’alliance entre le Maroc et Israël va la concurrencer en Afrique », observe Nizar Derdabi, ancien officier de la gendarmerie royale et expert en sécurité. Désormais, il existe une « concurrence » entre le Maroc et la France sur le continent.

Sujets associés : France - Diplomatie

Aller plus loin

La France refuse le visa à des médecins marocains

Des médecins marocains se sont vus refuser un visa d’entrée en France, alors qu’ils devaient participer à une activité scientifique tenue du 7 au 9 mai à Paris.

François Hollande plaide pour une reprise des relations entre le Maroc et la France

Venu au Maroc animer une conférence sur la corruption, l’ancien président François Hollande en a profité pour se prononcer sur les relations franco-marocaines quelque peu crispées.

La France accusée de tromper le Maroc par un responsable politique

Les relations bilatérales entre le Maroc et la France ont été remises en question par Idriss Lachgar, le premier secrétaire du parti de l’union socialiste des forces populaires...

Sahara : le roi Mohammed VI critique la position de la France

Dans son discours prononcé à l’occasion de la fête de la révolution, Mohammed VI a évoqué la question du Sahara, demandant à ses « partenaires traditionnels » de clarifier leur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Première célébration de la fête d’indépendance d’Israël au Maroc

Le bureau de liaison d’Israël au Maroc a organisé le 5 juillet dernier à Rabat, une cérémonie marquant la célébration de la 74ᵉ fête de l’indépendance de l’État hébreu. Une première depuis des années.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.