France : le cas d’un Marocain atteint de troubles mentaux divise les juges

5 février 2020 - 19h30 - France - Ecrit par : Bladi.net

Un Marocain âgé de 53 ans, ayant poignardé sa femme pendant son sommeil, fait l’objet de comparution depuis lundi dernier à la Cour d’assises de Nice. Soigné pour des troubles mentaux, son cas divise les juges.

L’accusé, un homme de 53 ans traité pour troubles mentaux, retient l’attention des experts depuis lundi dernier, à la Cour d’assises de Nice, fait observer Nice Matin. Il a poignardé sa femme pendant son sommeil.

Les faits remontent au 12 juillet 2017, vers 2 h 45, dans le vieil immeuble où logeait le couple, au 18, rue des Orangers. La victime, du nom de Fatima, âgée de 23 ans, faisait sa sieste avec son fils malade, quand surgit Kamel Berouag, son mari, avec un couteau de cuisine en main et la frappa à la tempe. Le couteau se brisa mais Fatima, encore en vie, se débat. De toutes ses forces, elle serra son agresseur qui lui asséna de nouveaux coups avec un couvercle de cocotte-minute, aussitôt maculé de sang.

L’un des voisins du couple, Thierry Bassene, 36 ans, alerté par les bruits et appels désespérés de la fille aînée de Kamel Berouag, intervient et maîtrise l’agresseur, difficilement. "Je regrette ce qui s’est passé. Je n’étais pas moi-même quand je l’ai frappée", répète Kamel Berouag, mécanicien, en réponse aux premières questions du président du tribunal, Patrick Veron, lundi après-midi, au moment de sa comparution.

Pour le moment, compte tenu de ses antécédents, le cas de l’accusé préoccupe les trois experts psychiatres sollicités pour éclairer la cour et les jurés. Car en réalité, il s’agit de déterminer si Kamel Berouag est totalement ou partiellement responsable de son geste criminel.

En effet, déjà en 1992, cette même cour d’assises avait condamné Kamel, à sept ans de prison pour "coups mortels". En 2000, il a de nouveau été condamné à trois ans de prison, pour "offre et cession de stupéfiants". Cette fois-ci, l’accusé encourt la perpétuité. Le verdict est attendu ce mercredi.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Nice - Criminalité

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.