France : un MRE placé en détention pour tentative de meurtre

30 septembre 2020 - 15h20 - France - Ecrit par : S.A

Driss Boutamjine, un Marocain de 73 ans accusé d’une tentative de meurtre comparaît, ce mercredi 30 septembre, devant la cour d’assises à Agen. Il est placé en détention provisoire depuis juin 2016.

Les faits s’étaient déroulés dans la nuit 9 juin 2016, à Torrebien, à Nérac. Alors qu’un père et son fils se rendaient à des obsèques, le fils est grièvement blessé au visage. Le lendemain matin, les policiers arrivent sur lieux où ils découvrent un homme blessé, assis au carrefour de deux chemins, rapporte La Dépêche. Il y a un chemin qui mène chez Driss Boutamjine, et l’autre chez ses voisins.

L’homme blessé est admis d’urgence à l’hôpital Purpan de Toulouse. Les lésions au visage témoignent de la gravité des blessures. Vingt interventions chirurgicales, une déformation de la mâchoire, perte du goût et de l’odorat, trois greffes, perte de l’œil gauche… La cause ? Un coup de feu tiré à quelques mètres. À cette distance, les plombs sont encore groupés, explique un expert balistique. La victime a été prise en charge par les secours.

De leur côté, les gendarmes ont lancé un avis de recherche concernant le voisin suspecté de tentative de meurtre. Le père de la victime confie avoir assisté à la scène cette nuit-là. Les gendarmes contactent le suspect au téléphone. Muni de son fusil, il se rend au commissariat d’Agen où il sera interpellé sans heurts puis placé en en garde à vue.

À la barre, le septuagénaire nie à plusieurs reprises la tentative de meurtre. "Depuis 1977 (année de son arrivée à Torrebien, NDLR), je pisse dans mon froc quand les […] sont là", dit-il devant le juge d’instruction. Difficile de le croire. Puisque les rapports entre les voisins ne sont pas des plus agréables. On évoque des dépôts de plainte, de décisions judiciaires et tentatives de conciliation avec le sous-préfet et le maire de l’époque.

Le jugement sera rendu le 2 octobre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Homicide

Aller plus loin

France : un MRE condamné pour violences sur sa femme et sa maîtresse

À Rouen, un Marocain a écopé de deux ans de prison pour violences sur sa femme et sa maîtresse.

France : un MRE en prison pour trafic de drogue

Le groupe stupéfiants du commissariat de police d’Annemasse en coordination avec son homologue de l’antenne de la police judiciaire d’Annecy ont interpellé deux trafiquants de...

France : un MRE condamné pour des violences sur sa famille

A.B., un homme originaire du Maroc a écopé d’une peine de 12 ans de prison avec sursis pour violences sur son épouse et ses quatre enfants. Tel est le verdict rendu par un...

France : un MRE tue sa femme pour se marier avec sa jeune maîtresse au Maroc

Un Marocain résidant en France, jugé devant la cour d’assises d’Eure-et-Loir depuis mardi 8 décembre, pour l’assassinat de sa femme, atteinte de sclérose en plaques, risque la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.