France : un jeune marocain poursuivi pour le meurtre de Sainte-Valérie

23 mars 2021 - 18h40 - France - Ecrit par : S.A

Deux jeunes Lotois dont un originaire du Maroc soupçonnés du meurtre d’un ancien toxicomane de 37 ans, en juin 2016 à Sainte-Valérie ont comparu, lundi 22 mars, devant la cour d’assises du Lot, à Cahors. Le verdict est attendu vendredi 26 mars.

Les faits remontent au 14 juin 2016. Le corps sans vie d’un ancien toxicomane avait été découvert dans son appartement de la cité Sainte-Valérie, à Cahors. L’homme de 37 avait été roué de coups. Deux mineurs Lotois dont un a des parents français et marocain sont identifiés comme présumés auteurs du meurtre de cet homme originaire de Paris. Ils seront mis en examen en 2018. Ils sont soupçonnés d’avoir commis des « violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Lundi, ils se sont présentés devant la cour d’assises du Lot, à Cahors, rapporte La Dépêche du Midi.

L’enquêtrice dresse le portrait de l’un des accusés. « Il a vécu une enfance chaotique, séparé de ses parents, ballotté entre la France et le Maroc, il a toujours été à la recherche de son identité, entre ses deux cultures », explique-t-elle. Jeune déscolarisé pendant plusieurs années, il ne montre que son côté violent à l’école. « Ses proches le décrivent comme une personne ambitieuse, qui est dans le partage, mais qui pourrait aussi être victime de sa naïveté », poursuit-elle. Présent dans le box vitré, l’accusé confirme avoir connu « une enfance pas facile » entre des parents divorcés. En conséquence, il s’est senti « resserré surtout d’un côté ». Selon l’enquêtrice, il aurait souffert d’un « manque de reconnaissance et d’amour ». Par le passé, le jeune marocain a écopé deux fois de six mois de prison dont trois avec sursis pour des faits de violences.

Son père est appelé à témoigner à la barre. Selon lui, son fils est un « garçon gentil ». Il raconte avoir veillé jusqu’au petit matin la nuit du 14 juin, « parce que c’était ramadan ». Il ajoute avoir emmené son enfant au poste de police après la découverte du cadavre. « Connaissiez-vous la victime ? », lui demande le président de la cour d’assises, Cyril Vidalie. « Dans le quartier, on disait que c’était un alcoolique, il avait toujours une bouteille à la main et titubait », répond le père. « Mais ça, ce sont des rumeurs, vous, vous le connaissiez ? », insiste le président. « Non, je ne l’ai croisé qu’une fois », lâche finalement le père. C’est au tour de son ex-épouse, la mère de témoigner. « Mon fils est un bon gars, il a le cœur sur la main, j’ai souffert de son absence, il est tout ce qu’il me reste aujourd’hui », dit-elle en larmes.

À son tour, l’épouse du jeune homme dit ne pas comprendre « pourquoi il est là aujourd’hui ». Elle décrit un homme « bon et bienveillant ». « Tout le monde fait des bêtises, mais lui, il ne serait pas capable d’en faire une aussi grosse », est-elle convaincue.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Procès - Violences et agressions

Aller plus loin

Cinq arrestations suite au meurtre d’un Marocain à Nîmes

En tout, cinq personnes ont été arrêtées puis placées en garde dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’un Marocain à Nîmes le 1ᵉʳ septembre 2020. Parmi elles, la compagne de...

Ain : accusée de meurtre, l’escort-girl qui partait au Maroc devant les assises

Le procès d’une escort-girl de 26 ans arrêtée alors qu’elle était sur le point de se rendre au Maroc s’ouvre ce lundi 3 mai devant la cour d’assises de l’Ain. Elle est accusée...

France : un Marocain condamné pour violences après avoir été qualifié de « sale terroriste »

Le tribunal d’Albi a condamné par contumace, jeudi 18 mars, un Albigeois de 33 ans originaire du Maroc à 18 mois de prison pour violences et menaces avec une arme. La victime,...

Perpignan : le procès de deux jeunes marocains, un casse-tête pour le tribunal

Alors qu’ils avaient déclaré être des majeurs, deux clandestins marocains communiquent une date de naissance différente lors de leur comparution devant le tribunal de Perpignan...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : Une vague de racisme contre les mariages mixtes ?

Des activistes marocains se sont insurgés ces derniers jours sur les réseaux sociaux contre le fait que de plus en plus de femmes marocaines se marient avec des personnes originaires des pays d’Afrique subsaharienne. Les défenseurs des droits humains...

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.

Corruption : des élus locaux pris la main dans le sac

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, tente d’en finir avec la corruption et la dilapidation de deniers publics. Dans son viseur, une trentaine de présidents de commune et de grand élus dont il a transféré les dossiers devant l’agent judiciaire...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.