France : un jeune marocain poursuivi pour le meurtre de Sainte-Valérie

23 mars 2021 - 18h40 - France - Ecrit par : S.A

Deux jeunes Lotois dont un originaire du Maroc soupçonnés du meurtre d’un ancien toxicomane de 37 ans, en juin 2016 à Sainte-Valérie ont comparu, lundi 22 mars, devant la cour d’assises du Lot, à Cahors. Le verdict est attendu vendredi 26 mars.

Les faits remontent au 14 juin 2016. Le corps sans vie d’un ancien toxicomane avait été découvert dans son appartement de la cité Sainte-Valérie, à Cahors. L’homme de 37 avait été roué de coups. Deux mineurs Lotois dont un a des parents français et marocain sont identifiés comme présumés auteurs du meurtre de cet homme originaire de Paris. Ils seront mis en examen en 2018. Ils sont soupçonnés d’avoir commis des « violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Lundi, ils se sont présentés devant la cour d’assises du Lot, à Cahors, rapporte La Dépêche du Midi.

L’enquêtrice dresse le portrait de l’un des accusés. « Il a vécu une enfance chaotique, séparé de ses parents, ballotté entre la France et le Maroc, il a toujours été à la recherche de son identité, entre ses deux cultures », explique-t-elle. Jeune déscolarisé pendant plusieurs années, il ne montre que son côté violent à l’école. « Ses proches le décrivent comme une personne ambitieuse, qui est dans le partage, mais qui pourrait aussi être victime de sa naïveté », poursuit-elle. Présent dans le box vitré, l’accusé confirme avoir connu « une enfance pas facile » entre des parents divorcés. En conséquence, il s’est senti « resserré surtout d’un côté ». Selon l’enquêtrice, il aurait souffert d’un « manque de reconnaissance et d’amour ». Par le passé, le jeune marocain a écopé deux fois de six mois de prison dont trois avec sursis pour des faits de violences.

Son père est appelé à témoigner à la barre. Selon lui, son fils est un « garçon gentil ». Il raconte avoir veillé jusqu’au petit matin la nuit du 14 juin, « parce que c’était ramadan ». Il ajoute avoir emmené son enfant au poste de police après la découverte du cadavre. « Connaissiez-vous la victime ? », lui demande le président de la cour d’assises, Cyril Vidalie. « Dans le quartier, on disait que c’était un alcoolique, il avait toujours une bouteille à la main et titubait », répond le père. « Mais ça, ce sont des rumeurs, vous, vous le connaissiez ? », insiste le président. « Non, je ne l’ai croisé qu’une fois », lâche finalement le père. C’est au tour de son ex-épouse, la mère de témoigner. « Mon fils est un bon gars, il a le cœur sur la main, j’ai souffert de son absence, il est tout ce qu’il me reste aujourd’hui », dit-elle en larmes.

À son tour, l’épouse du jeune homme dit ne pas comprendre « pourquoi il est là aujourd’hui ». Elle décrit un homme « bon et bienveillant ». « Tout le monde fait des bêtises, mais lui, il ne serait pas capable d’en faire une aussi grosse », est-elle convaincue.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Procès - Violences et agressions

Aller plus loin

Augmentation des délits commis par les mineurs marocains à Paris

Les délits commis par les mineurs non accompagnés (MNA), en majorité d’origine, marocaine, à Paris et en banlieue ne cessent d’augmenter. En témoigne la recrudescence des vols à...

Perpignan : le procès de deux jeunes marocains, un casse-tête pour le tribunal

Alors qu’ils avaient déclaré être des majeurs, deux clandestins marocains communiquent une date de naissance différente lors de leur comparution devant le tribunal de Perpignan...

Ain : accusée de meurtre, l’escort-girl qui partait au Maroc devant les assises

Le procès d’une escort-girl de 26 ans arrêtée alors qu’elle était sur le point de se rendre au Maroc s’ouvre ce lundi 3 mai devant la cour d’assises de l’Ain. Elle est accusée...

France : un Marocain condamné pour violences après avoir été qualifié de « sale terroriste »

Le tribunal d’Albi a condamné par contumace, jeudi 18 mars, un Albigeois de 33 ans originaire du Maroc à 18 mois de prison pour violences et menaces avec une arme. La victime,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : le parquet exige une tenue correcte dans les tribunaux

Les magistrats marocains doivent soigner leur apparence, en portant une tenue officielle correcte. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par le président du ministère public, El Hassan Daki.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).