Perpignan : le procès de deux jeunes marocains, un casse-tête pour le tribunal

23 mars 2021 - 10h00 - France - Ecrit par : S.A

Alors qu’ils avaient déclaré être des majeurs, deux clandestins marocains communiquent une date de naissance différente lors de leur comparution devant le tribunal de Perpignan lundi 22 mars. En quête d’une situation atténuante, ils voulaient se faire juger par un tribunal pour mineurs.

Les deux clandestins marocains venaient de passer une nuit d’incarcérations. La police les a interpellés dimanche après qu’ils ont brisé les vitres de 26 voitures. Ces jeunes hommes arrivés récemment en France de façon illégale avaient l’intention de cambrioler ces voitures. L’un d’eux possédait un pistolet à grenailles.

Ils ne sont détenteurs d’aucune pièce d’identité. Aux enquêteurs, ils ont juste donné un nom, une date de naissance et une nationalité. Lors de leur comparution immédiate devant le tribunal de Perpignan, ils ont donné des dates de naissance différentes de celles qu’ils avaient précédemment communiquées.

Le président demande à Mohamed de lui donner sa date de naissance : « octobre 2003 " « vous aviez dit 2002… " « Non, non, 2003 ". Il pose la même question à Aymed : « avril 2003 ». " Vous aviez dit février… " « Mon client est donc mineur et ne peut être jugé par la juridiction pour adultes », indiquent les deux avocates, soulignant ainsi la même nullité de procédure.

« Ils ont toujours déclaré, y compris devant le juge des libertés et des détentions, être majeurs. Ils se disent qu’en se prétendant de mineurs ils seront jugés par le juge des enfants et pourront demeurer en France. Leurs précédentes déclarations ne font aucun doute sur leur majorité », réagit le procureur. « Nous touchons à une question d’ordre public. Le tribunal n’a pas les moyens de connaître leur âge véritable et doit donc se déclarer incompétent ", martèle-t-il.

Il revient désormais à l’administration de contacter le consulat du Maroc pour déterminer la véritable identité et l’âge des prévenus.

Sujets associés : Immigration clandestine - France - Procès - Perpignan - Consulat du Maroc à Paris

Aller plus loin

Nantes : quand les mineurs marocains donnent de l’insomnie aux pouvoirs publics

A Nantes, de jeunes migrants, à la rue, sans identité et sans âges, notamment ressortissants du Maghreb, opèrent des vols de portables, de colliers, des cambriolages… Les...

Trois mineurs marocains interpellés à Hendaye

Les policiers ont procédé, samedi 16 janvier, à l’interpellation de trois mineurs marocains âgés de 12 ans, 13 ans et 14 ans. Il est reproché à deux d’entre eux d’avoir fracturé...

Procès contre des exploitants des mineurs marocains à Bordeaux

Six individus (un receleur et ses complices) comparaissent ce mardi 9 février au tribunal correctionnel de Bordeaux. Ils sont accusés de livrer des médicaments et de l’argent à...

Perpignan : un Marocain tente de se suicider devant des policiers

Les éléments de la Direction Interdépartementale de la Police aux Frontières (DIDPAF) ont interpellé mardi, à la gare de Perpignan, un ressortissant marocain activement...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Immigration : l’aide européenne est « en deçà » des dépenses du Maroc

Le directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, a déclaré que les 500 millions d’euros d’aide de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration illégale pour la période...

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Drame de Nador : les recommandations de l’ONU au Maroc et à l’Espagne

L’Organisation des nations unies tient également à ce que le drame de Nador ne se répète plus jamais. C’est dans ce cadre que le Mécanisme international indépendant pour la justice et l’égalité raciale des Nations unies envisage d’émettre des...

Immigration : le Maroc recevra 500 millions d’euros d’aide de l’Europe

Le Maroc recevra une enveloppe d’au moins 500 millions d’euros de la part de l’Union européenne pour renforcer ses actions dans la lutte contre l’immigration clandestine. Cette aide couvrira la période 2021-2027.