Grève du transport routier : L’ordre public menacé ?

1er juillet 2003 - 20h53 - Maroc - Ecrit par :

Agressions, vandalisme, intimidations "sauvages"... les non-grévistes interpellent les pouvoirs publics. Pour les fruits et légumes, les pertes sont estimées entre 3 et 5 millions de DH quotidiennement. Des contacts auraient été établis entre ministère du Transport et grévistes au point chaud du mouvement, le Sud.

Rien ne va plus... La grève déclenchée par les transporteurs de camions des 8 tonnes, il y a plus de 10 jours, tourne au vinaigre. Les producteurs et industriels bloqués n’hésitent pas à parler de catastrophe et d’anarchie.
"Certains de mes conducteurs ont subi des agressions physiques et des camions sont saccagés au vu et au su de tous, surtout au niveau d’Agadir et Imine Tanoute", a déclaré un membre de la Fédération des transporteurs et propriétaire d’un parc de plus de 100 camions dont 5 sont, actuellement, hors d’état de fonctionnement. Jets de pierres, mini-barrages la nuit, coups et blessures... un scénario digne des films d’action des séries B.
Parallèlement aux intimidations et aux agressions, ce sont des millions de dirhams qui sont partis en fumée. Et ce sont surtout les produits périssables, les fruits et légumes qui sont les plus touchés.
"Le Souss Massa, première source d’alimentation en fruits et légumes de tout le Maroc, a connu un effondrement des cours au point de ne plus trouver preneur", s’insurgent les membres de l’APEFEL (association marocaine des producteurs exportateurs de fruits et légumes). Ils estiment leurs pertes entre 3 et 5 millions de DH par jour, soit l’équivalent de 800 à 1.000 tonnes de production journalière bloquée sur les sites de production.
Comme le décrivent des membres de l’Association, "même les chariots, pick-up et camions des producteurs agricoles sont pourchassés par les grévistes. Au lieu du Far-West, c’est le Far-South".
Selon les représentants de l’Apefel, "nous ne récusons en aucune manière le droit de grève prévue par la Constitution. Cependant, nous nous soulevons contre les agressions et les intimidations sauvages exercées contre les non-grévistes".
Face à cela, les producteurs dénoncent ces actes qu’ils qualifient d’irresponsables et de criminels et "interpellent les pouvoirs publics" pour mettre fin à cette situation "qui n’est ni dans l’intérêt de ces "pirates" ni de celui des consommateurs". Des industriels se disent très surpris de la non-intervention des autorités. "Les agressions contre les hommes et les biens sur le domaine public doivent être sanctionnées. Sinon, nous nous retrouvons devant une situation de non-droit. Nous ne pouvons pas continuer comme cela", avance un opérateur ayant requis l’anonymat. Des rumeurs circulent sur "une certaine connivence" entre les grévistes et des membres de l’autorité publique. Selon les mêmes rumeurs, des parlementaires/producteurs dans la région du Souss Massa participeraient au mouvement.
Parmi les meneurs de la grève, des transporteurs informels du marché de gros de Casablanca disent ne pas vouloir lâcher prise. "Nous continuerons notre mouvement tant qu’aucune solution n’est encore trouvée, surtout au sujet de la patente et du Registre du commerce. De même que le tonnage". Pour ce dernier point, les grévistes veulent passer du 8 au 18 tonnes.
Selon une source digne de foi, "ce conflit prend des tournures de récupération électorale. C’est de la surenchère politique à la veille des élections".
En attendant, les perturbations dans les approvisionnements se font sentir fortement à Marrakech, Agadir, Laâyoune, Tanger, Tétouan, Oujda et Nador. Avec pour conséquence, une flambée des prix. Des cas isolés d’intimidation de camionneurs non grévistes ont été enregistrés à Tanger.
Quant à l’axe Casa-Rabat-Kénitra, pour l’heure, les marchés de gros de fruits et légumes sont encore bien approvisionnés.
Tant bien que mal, les non-grévistes tentent de casser le mouvement en multipliant les livraisons au niveau des différents points de vente. Des producteurs utilisent, au lieu des 8 tonnes, des camions-remorques pour contourner la grève, au risque de voir leur marchandise "pourrir".
Pour la Fédération nationale du transport routier, il est temps que les forces de l’ordre interviennent. L’avenir du secteur dépend de l’issue de ce bras de fer". D’ailleurs, à l’heure où nous mettions sous presse, des contacts ont été établis entre le ministère du Transport et les grévistes dans différents lieux (Taroudant, Oulad Taïma, Inezgane et Agadir) pour tenter de trouver une solution.

Jihad Rizk pour L’economiste, Maroc

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Grève - Transports - Transport en commun

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les voitures de plus en plus chères !

Les Marocains paieront plus cher les voitures neuves en raison de l’obligation de respecter les normes « Euro 6 » pour l’homologation et l’immatriculation. Les professionnels du secteur appellent Mohamed Abdeljalil, ministre des Transports et de la...

Maroc : 32 villes dotées de 3 500 bus flambant neufs

Le Maroc va mobiliser 10 milliards de dirhams pour l’acquisition d’une flotte de 3 500 bus de transport urbain au profit de 32 villes sur la période 2024-2029, a annoncé lundi Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur.

Trains au Maroc : cinq géants du rail en lice pour un mégacontrat

L’appel à concurrence lancé par l’Office national des Chemins de fer (ONCF) pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse aiguise les appétits. Cinq constructeurs ferroviaires internationaux se battent pour décrocher ce méga contrat.

Location de voitures au Maroc : Nouvelles règles plus sévères

Depuis ce lundi 15 avril, les agences de location de voitures au Maroc ont l’obligation de se conformer à un nouveau cahier des charges relatif aux conditions d’investissement dans le secteur.

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...

Le Maroc construira 1000 km d’autoroutes d’ici 2030

Le Maroc veut saisir l’occasion de l’organisation de la coupe du monde 2030 pour moderniser le secteur des transports dans son ensemble, notamment les autoroutes.

Maroc : Les VTC, un nouveau cauchemar pour les taxis ?

Les applications de VTC (Voiture de Transport avec Chauffeur) comme InDrive ou Yassir gagnent en popularité au Maroc, mais leur statut juridique reste flou. Des voix s’élèvent au sein de l’opposition parlementaire et de la société civile pour réclamer...

Du nouveau pour le TGV Agadir-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a confié au bureau d’études LPEE les travaux de reconnaissance géologique, hydrogéologique et géotechnique nécessaires aux études d’avant-projet sommaire (APS) de la liaison ferroviaire grande vitesse...

Le Maroc lance un renouvellement généralisé des bus

Le ministère du Transport et de la Logistique annonce la création de deux programmes de renouvellement du parc de transport routier au cours des exercices 2024, 2025 et 2026.

Le Maroc et Israël consolident leur coopération dans le secteur des transports et de la Logistique

Une délégation marocaine composée d’acteurs clés du secteur des transports et de la logistique a effectué une visite de travail de trois jours à Tel-Aviv, et ce pour consolider la coopération entre le Maroc et Israël dans le secteur de la logistique.