« La guerre en Ukraine rend les choses compliquées », selon Akhannouch

10 avril 2022 - 17h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

La guerre en Ukraine s’est invitée à l’ouverture de la session parlementaire, notamment en raison de la flambée des prix de plusieurs produits de base. Le RNI, le PAM et l’Istiqlal ont tenu à rassurer les Marocains, des démarches menées par le gouvernement pour amoindrir le choc provoqué par la hausse des prix sur le marché.

« La guerre en Ukraine rend les choses compliquées », a estimé Aziz Akhannouch, devant les médias, après sa réunion mensuelle avec les chefs des deux autres partis de la majorité gouvernementale, Abdellatif Ouahbi (Parti authenticité et modernité, PAM) et Nizar Baraka (Istiqlal). « Comme vous savez, l’Europe vit une guerre importante. Et économiquement, cette guerre a des conséquences sur le monde entier y compris le Maroc », rapporte H24info.

À lire : Le Maroc n’est pas menacé par la crise alimentaire malgré la guerre en Ukraine

Interpellé à plusieurs reprises sur la hausse des prix malgré les promesses du gouvernement de les maîtriser, Aziz Akhannouch a souligné que les choses sont plus compliquées qu’elles ne paraissent. « Nous ne sommes pas dans une situation ordinaire, et les choses sont compliquées, car il y a des problèmes mondiaux liés à l’approvisionnement en matières premières, mais aussi à l’augmentation des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, en particulier les céréales ».

À lire : Guerre en Ukraine : quel impact pour l’économie marocaine ?

Pour le chef du gouvernement, le Maroc venait à peine de sortir de la crise liée à la pandémie du Covid-19, quand a commencé la crise russo-ukrainienne. « La réalité est là, mais notre pays, Dieu merci, reste sûr », a-t-il ajouté. Toutefois, il rassure de la disponibilité de tous les produits au Maroc, malgré la cherté. « Quand vous sortez faire votre marché, vous voyez bien que les denrées alimentaires sont disponibles en abondance, malgré cette année de sécheresse difficile, atténuée toutefois par les dernières précipitations », a-t-il précisé.

À lire : Hausse des prix : le gouvernement se justifie et rassure

De son côté, le ministre de l’Équipement et de l’eau et secrétaire général de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a affirmé que la majorité gouvernementale est « pleinement consciente de la situation difficile que traverse le pays en raison des chocs extérieurs, notamment le conflit russo-ukrainien et ses répercussions au niveau international, en ce qui concerne les matières premières de base, et ses conséquences sur les citoyens ».

À lire : Emmanuel Macron redoute une pénurie alimentaire en Afrique du Nord

Il souligne que le gouvernement est déterminé et fait tout ce qui est nécessaire pour que les conséquences soient moindres pour les Marocains, « en particulier les classes moyennes et faibles », ainsi que sur les entreprises marocaines, en particulier les petites et moyennes « qui souffrent d’une crise alarmante ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Russie - Aziz Akhannouch - Ukraine - Guerre - Crise économique

Aller plus loin

Des équipementiers automobiles quittent l’Ukraine et s’installent au Maroc

En raison de la guerre en Ukraine, plusieurs équipementiers automobiles déménagent leurs activités à l’étranger, notamment vers le Maroc.

Ukraine : le Marocain Brahim Saadoun condamné à mort par les séparatistes

Partir combattre pour Kiev, le jeune marocain Brahim Saadoun ainsi que deux Britanniques ont été faits prisonniers et condamnés à mort ce jeudi.

L’économie marocaine reste solide malgré la guerre en Ukraine

L’économie marocaine reste solide malgré les effets de l’invasion de l’Ukraine et la pandémie du Covid-19, car le Maroc dispose d’instruments économiques capables d’absorber les...

Le Maroc n’est pas menacé par la crise alimentaire malgré la guerre en Ukraine

Malgré la sévère sécheresse et les effets de l’invasion russe en Ukraine, le Maroc a pu sécuriser cette année ses besoins en blé. Avec le Nigeria, le royaume est l’un des rares...

Ces articles devraient vous intéresser :

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

Eau et électricité : une bonne nouvelle pour les ménages marocains

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch renonce à son projet visant à augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l’eau et l’électricité. Ce projet avait soulevé de vives polémiques et inquiété les Marocains.

Appel à l’intervention du roi Mohammed VI pour remanier le gouvernement

Sur la toile, les internautes marocains sollicitent l’intervention du roi Mohammed VI pour un remaniement urgent du gouvernement d’Aziz Akhannouch.

Restrictions d’eau : voici ce qui attend les Marocains

Face à une crise hydrique majeure imminente, le gouvernement d’Aziz Akhannouch a pris des mesures strictes pour lutter efficacement contre la pénurie d’eau.

Entre droits des MRE et échange de renseignements fiscaux : le dilemme du gouvernement marocain

Le gouvernement d’Akhannouch revient sur les deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Par la voix de son porte-parole, Mustapha Baïtas, il rassure une fois de plus les MRE.

Total Mauritanie dans le giron du groupe marocain Akwa Africa

Le rachat par Akwa Africa, filiale du groupe Akwa, holding du chef du gouvernement marocain, de la filiale mauritanienne du groupe énergétique français TotalEnergies sera bientôt officialisé. Au Maroc, le Conseil de la concurrence a donné carte blanche...

Aziz Akhannouch préside une réunion consacrée aux MRE

Le chef du gouvernement Aziz Akhannouch a présidé mardi 30 août une réunion consacrée aux Marocains du monde. Il s’agit pour le chef de l’exécutif de mettre en place les stratégies pour venir en aide à la communauté marocaine à l’étranger.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Aziz Akhannouch a perdu 200 millions de dollars en 7 mois

La crise touche également les milliardaires. Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, l’une des plus grandes fortunes du pays, a perdu quelque 200 millions de dollars en 7 mois.

Maroc : une aide directe aux veuves

Le Conseil de gouvernement, présidé par le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, se réunira jeudi 6 avril pour examiner plusieurs projets de décrets, selon un communiqué du département du Chef du gouvernement publié lundi.