Ils sont « fous », ces Marocains !

25 février 2007 - 00h14 - Ecrit par : A.S

Près la moitié des Marocains ont eu au moins un trouble mineur récurrent, parfois sans lendemain (insomnie, angoisse, tic nerveux, dépression…) Ce constat a été révélé lors de la Conférence nationale de la santé mentale et des toxicomanies organisée jeudi 22 février à Rabat. Cette rencontre a été occasion de présenter les principaux résultats de l’enquête nationale sur la prévalence des troubles mentaux dans la population. Réalisée en 2003, cette opération est la première permettant de faire un état des lieu sur la santé mentale et les toxicomanies.

Cette enquête est basée sur un échantillon représentatif général marocain. Elle a été menée auprès de 6.000 personnes âgées de 15 ans ou plus des deux sexes, tirées au sort au niveau des provinces et préfectures du pays. « L’objectif de cette initiative est de connaître les prévalences des troubles des malades mentaux et de l’abus de substances par la population, ainsi que leurs déterminations sociodémographiques », a précisé Fatima A. Souab, chef du service de la Santé mentale au sein du ministère de la Santé. Les travaux de cette enquête ont montré que 26,5% de la population a connu des troubles dépressifs. L’anxiété et les troubles psychotiques ont touchés respectivement 9% et 5,6% des enquêtés.

Dépendances

Pour l’alcool, ils seraient 2% des Marocains à abuse de sa consommation et également 1,4% d’entre eux se trouveraient dans un état de dépendance à cette substance. Les résultats de l’enquête ont montré aussi que l’abus de substance psychoactives est de 3%, alors que la dépendance à celle-ci est de 2,8% dans notre population. Ce qui donne un usage problématique de drogues illicites et un mésusage de substances détournées de leur usage médical (psychotropes).

Facteurs de risque

« Cette situation se traduit par des conséquences néfastes sur les plans psychique, physique, sociologique et judiciaire », rappelle Asouab. « Pour la réalisation de cette enquête, nous avions utilisé le Mini International Neuropsychiatri Interview (MINI), instrument diagnostique standardisé, traduit en arabe dialectal », souligne A. Souab.

Les résultats de cette enquête permettront également d’élaborer une stratégie nationale en matière de santé mentale et de toxicomanie. Dans ce cadre, « des ateliers de validation des études ont été organisés en 2006 », précise Nour Eddine Chaouki, directeur de l’Epidémiologie et de la Lutte contre les maladies au sein du ministère de la Santé publique.

« Quatre axes stratégiques ont été identifiés comme domaines d’intervention en prenant en considération le contexte national, des recommandations internationales et l’expérience des autres pays. Le premier consiste à consolider la prévention primaire et secondaire dans le cadre d’une approche communautaire de proximité. Cela par la réduction des facteurs de risque et la demande en particulier au niveau des jeunes et des femmes. L’amélioration des soins et de la prise en charge fait l’objet du deuxième objectif de la stratégie. Cela par le développement des techniques de réhabilitation et de réinsertion en responsabilisant tous les acteurs concernés, notamment les départements ministériels et la société civile. Le troisième volet consiste à mettre en place un plan d’action pour réduire les risques à VIH parmi les populations de toxicomanes. Le dernier axe vise à assurer une meilleure connaissance sur les plans quantitatif et qualitatif de l’usage des substances.

L’Economiste - N. E. A.

Tags : Santé - Enquête

Nous vous recommandons

Les raisons du boycott des dattes algériennes au Maroc

À quelques jours du début du ramadan, une nouvelle campagne de boycott des dattes algériennes a été lancée au Maroc parce qu’elles représenteraient un grand danger pour la santé.

Réouverture des frontières marocaines : décision imminente

La décision d’ouvrir ou non les frontières marocaines sera prise dans les prochains jours, vient d’affirmer le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

La Mauritanie, médiatrice dans la crise Maroc-Algérie

Le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a assuré que son pays « travaille sereinement » pour apaiser les tensions entre l’Algérie et le Maroc après la rupture des relations diplomatiques entre les deux...

Ikea recrute 500 personnes pour son nouveau magasin au Maroc

Le géant suédois d’ameublement Ikea a lancé une campagne de recrutement pour pourvoir plus de 500 postes dans son nouveau magasin situé sur la route de Cabo Negro, dont l’ouverture est prévue l’été prochain.

John Malkovitch aperçu à Casablanca

Depuis le 25 septembre, l’acteur John Malkovich est en tournage à Ouarzazate pour le film Seneca, the creation of earthquakes de Robert Schwentke. Une très belle expérience marocaine à laquelle participe un certain nombre d’acteurs...

Le Maroc pas concerné par la fermeture de l’espace aérien russe

En réponse aux sanctions européennes, la Russie a décidé de fermer son espace aérien à 36 pays, dont les 27 membres de l’Union européenne. Le Maroc n’est pas concerné par cette mesure.

Casablanca aura un nouveau stade de 100 000 places

Casablanca envisage de construire un stade d’une capacité d’accueil de 100 000 places pour renforcer le complexe Mohammed V qui ne dispose que de 44 000. Nabila Rmili l’a annoncé jeudi, à sa sortie d’une réunion du Conseil de la...

Exportation de l’hydrogène vert vers l’Europe : pas une aubaine pour le Maroc

Les programmes d’exportation d’hydrogène vert élaborés par le Maroc, l’Algérie et l’Égypte ne sont pas économiquement viables. C’est ce que révèle une étude réalisée par le think tank néerlandais Transnational Institute et l’Observatoire de l’Europe industrielle...

Des chercheurs espagnols découvrent des restes d’une espèce disparue de carnivores au Maroc

Des chercheurs espagnols ont découvert des restes d’une espèce rare et disparue de carnivores, semblables aux lions, après avoir réalisé une fouille sur le site de Guefaït-4, dans le nord-est du Maroc.

Maroc : appel au remplacement du français par l’anglais

Bon nombre de Marocains appellent au remplacement du français par l’anglais comme première langue étrangère du pays en raison de son importance et de son utilisation dans les sciences. Dans ce sens, ils mènent une campagne massive sur les réseaux...