Interview de Mourad Boucif, cinéaste marocain de Belgique

23 octobre 2004 - 21h15 - Belgique - Ecrit par :

“Il faut galérer pour trouver un travail en dehors du nettoyage et du chauffeur de bus”

La Gazette du Maroc : Comment évaluez-vous l’intégration des immigrés marocains en Belgique ?

Mourad Boucif : L’intégration des immigrés se porte beaucoup mieux par rapport à il y a quelques années. Aujourd’hui la Belgique tout entière est consciente que les personnes issues de l’immigration sont des citoyens belges et resteront définitivement sur le territoire. (La majorité d’entre eux est née en Belgique et a la nationalité belge). Le mythe du retour n’existe plus. L’implication de la communauté marocaine à travers les différentes institutions belges a joué un rôle crucial pour la cohabitation avec la population belge de souche.

Vous avez filmé le gouffre entre les communautés dans “Au-delà de Gibraltar”, comment voyez-vous l’avenir des communautés en Belgique ?
Je suis optimiste quand à l’avenir des différentes communautés
qui vivent en Belgique. Il y a 40 ans jour pour jour, date de la première vague d’immigration en provenance du Maroc, on n’aurait jamais espéré retrouver une personne d’origine marocaine dans un cabinet ministériel ou dans une administration communale (mairie). Aujourd’hui nous avons trois ministres issus de l’immigration dont une d’origine marocaine (Mme Fadila Lannaan, ministre de la Culture, de la Jeunesse et de l’Audio-visuel). Petit à petit le brassage se fait et le mélange implique inévitablement la rencontre “de l’autre”, même pour les plus “conservateurs” ou les plus “récalcitrants”

Les Marocains se plaignent beaucoup du racisme en Belgique. Quelle est sa nature, quelles sont ses manifestations et est-ce que vous, en tant que cinéaste, vous l’avez vécu au quotidien ?
Il est clair que toute personne étrangère vivant en Belgique a son lot de situations de discrimination et de racisme. Personnellement, je n’ai pas été épargné. Ayant arrêté mes études trop tôt et n’ayant pas de diplôme, j’ai dû galérer pour trouver un travail en dehors “du nettoyage” et “de chauffeur de bus”.. Sans vouloir dénigrer ces professions, avec tout le respect que j’ai pour ceux qui les font, je souhaitais simplement à ce moment trouver un emploi où je pouvais m’exprimer réellement, avoir des responsabilités...
Pour cela j’ai compris qu’il me fallait reprendre les études, car on n’était pas prêt à me donner cette chance. J’ai entrepris des études d’éducateur spécialisé pendant trois ans et j’ai décroché mon diplôme. C’est de cette façon que je suis entré dans le social. Malheureusement, nos hommes politiques et les médias n’ont pas aidé à une meilleure imprégnation des différentes communautés vivant sur le territoire. A plusieurs reprises, des hommes politiques de partis traditionnels ont eu tendance à exprimer des propos très durs vis -à-vis des étrangers.
Les médias ne sont pas épargnés par ce type de dérapages. Et tout cela dans la plus grande normalité.
Il n’y a pas longtemps une sénatrice d’un grand parti au pouvoir annonçait publiquement avec force que “le voile de la femme musulmane était une soumission vis-à-vis de l’homme et une infériorité acceptée de la part de ce dernier”. Cette déclaration publique est passée “comme une lettre à la poste” sans aucune réaction des responsables politiques. Ces personnes ayant une grande responsabilité devraient être plus vigilantes et surtout faire attention aux signes qu’elles donnent à la population, que ce soit aux autochtones ou aux allochtones (Belges de souche ou aux personnes issues de l’immigration). Nous devons tous être très méfiants devant ce type de discours surtout dans cette période très sensible que nous traversons.

Le terrorisme a menacé et menace toujours la Belgique comme toute l’Europe, comment voit-on le rôle joué par les Marocains dans les filières terroristes ?
Malheureusement, l’implication de ces personnes d’origine marocaine n’aide pas à la cohabitation entre les différentes composantes de notre société. Les amalgames sont plus présents et renforcent les préjugés à l’égard de l’autre. Ce type d’événement vient parasiter les relations qui se créent. Les répercussions négatives sont assez importantes. Auparavant, les crises internationales avaient un léger impact en Europe. Aujourd’hui, les pays européens sont directement concernés et nous ressentons quotidiennement des réactions de repli et de rejet. Ce qui implique les mêmes schémas vis-à-vis des victimes. Heureusement, un énorme travail associatif se réalise sur le terrain et essaie de limiter les dégâts. Mais la route est encore longue, Incha Allah...

Quel rôle peut jouer l’artiste marocain en Belgique pour donner des alternatives d’approches face aux clichés et aux clivages culturels ?
Il est clair que nous, les artistes, avons un champ d’action et des cartes en main.
L’artiste, par définition, est une personne qui s’intéresse et qui s’ouvre sur le monde, afin de le reproduire et de l’immortaliser à travers ses oeuvres. Les enjeux de ce type de travail peuvent avoir de grandes répercussions au sein de l’opinion publique. Je suis convaincu que les artistes peuvent réussir là où les politiciens ont peut-être échoué.
J’ai travaillé plus d’une douzaine d’années dans le social, j’essaie encore aujourd’hui d’être le plus engagé possible, mais j’ai compris un jour qu’il me fallait d’autres outils, d’autres moyens beaucoup plus efficaces. J’ai compris que dans un système inégalitaire le travail social sera inégalitaire. C’est pour cette raison que je suis devenu cinéaste.

Quelle image se fait-on en Belgique aujourd’hui des Marocains ?
Le Maroc et la Belgique ont toujours eu de bonnes relations tant au niveau de la population que de nos gouvernants. Même si les événements tragiques que nous traversons n’aident pas réellement à une meilleure cohabitation. L’image de l’étranger est en train
de changer progressivement. Aujourd’hui nous pouvons voir des personnes d’origine marocaine un peu partout “dans notre paysage”.
Nous avons des ministres, des journalistes qui présentent les infos, des ingénieurs dans de grandes entreprises, des metteurs en scène, des comédiens, des cinéastes... Nous sommes le premier pays européen à avoir des ministres d’origine marocaine, congolaise et turque.

Quels sont vos projets de cinéma pour l’avenir ?
Actuellement, je prépare un deuxième long-métrage. Celui-ci aura pour thème la participation des Marocains au sein des troupes françaises lors de la seconde guerre mondiale. Ce projet qui a des allures de fresque historique est surtout une réflexion sur nos certitudes, sur la pensée unique...
C’est “la rencontre de l’autre” qui m’intéresse énormément. Tant que l’on ne réalisera pas que “l’autre” est une chance, un patrimoine de l’humanité, la communauté des hommes n’avancera pas !

Abdelhak NAJIB - La Gazette du Maroc

Sujets associés : Belgique - Cinéma - Mourad Boucif

Dossiers :

Belgique

Salah Abdeslam sera jugé aux assises en Belgique

Ce vendredi 17 septembre, le parquet fédéral en Belgique a renvoyé devant la cour d’assise, le dossier du Franco-Marocain Salah Abdeslam et neuf autres hommes soupçonnés d’être impliqués dans les attentats djihadistes perpétrés le 22 mars 2016 à...

Coûts du roaming réduits pour les voyageurs belges arrivant au Maroc

L’opérateur de télécommunications mobile belge, Proximus, offre la possibilité à ses clients qui voyagent vers le Maroc « de continuer à bénéficier de leur formule tarifaire nationale, moyennant le paiement d’un « Daily Roaming Pass » à partir du 1ᵉʳ...

Radouane au chevet de son fils, Sofiane Kiyine, victime d’un grave accident

Radouane, le père de Sofian Kiyine, le joueur marocain de l’OH Louvain, victime d’un grave accident le 30 mars à Flémalle dans la province de Liège, est dévasté. Tous les jours, il se rend au chevet de son fils, encore à l’hôpital.

Des bus belges polluants en circulation à Oujda

Des dizaines de bus polluants interdits de circulation à Bruxelles, sont actuellement utilisés sur les routes de la ville d’Oujda, suscitant étonnement et inquiétude.

Kickboxing : Jamal Ben Saddik suspendu par Glory

Glory kickboxing vient de suspendre Jamal Ben Saddik, 32 ans, qui fait l’objet d’une enquête pour une violation de ses règles. En attendant les résultats de l’enquête, le kickboxeur d’origine marocaine ne participera à aucune compétition.

Cinéma

Maroc : les professionnels du cinéma plaident pour la réouverture des salles

Après 14 mois de fermeture, les exploitants de salles de cinéma plaident pour une réouverture très prochaine de ces espaces de culture. Ils ont adressé au ministère de la Culture un courrier à cet effet.

Les salafistes vent debout contre la diffusion au Maroc des films d’animation

Sur la toile, les salafistes affichent leur opposition à la diffusion au Maroc des films d’animation et vont jusqu’à se poser en régisseurs de la scène médiatique.

Les derniers instants de Mr James Bond racontés par son épouse marocaine

Le célèbre acteur Sean Connery a disparu le 31 octobre dernier à l’âge de 90 ans. Son épouse, la Franco-marocaine Micheline, raconte ses derniers instants.

Une série tournée au Maroc diffusée sur une chaîne argentine (vidéo)

La chaîne argentine Unife va commencer à diffuser dès ce lundi à 22 heures, la telenovela « Jezebel », tournée au Maroc et en Israël. La série raconte l’histoire de Jézabel, la femme qui a régné en Israël 900 ans avant Jésus-Christ.

Aflamin, la première plateforme de streaming dédiée au cinéma marocain

Une nouvelle plateforme de streaming vient de voir le jour au Maroc. Il s’agit de Aflamin lancé par le réalisateur et producteur marocain Nabil Ayouch, essentiellement dédié aux films marocains.

Mourad Boucif