Un an de prison pour Maati Monjib, son comité de soutien crie à l’injustice

1er février 2021 - 23h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’historien et défenseur des droits humains marocain, Maati Monjib a écopé d’un an de prison ferme pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État ». Son comité de soutien qui dénonce un « verdict injuste et vengeur » exige sa libération immédiate.

« Ce jugement a été rendu sans convocation de l’avocat de la défense et sans convocation de M. Monjib, qui s’est toujours présenté devant la Cour lors des multiples audiences » du procès, a commenté son comité de soutien dans un communiqué. Pour les membres du comité, ce jugement «  injuste  » et « de nature politique vise principalement à se venger du Dr. Maati Monjib et à justifier son maintien en détention […] au motif qu’il est condamné », alors qu’il est poursuivi dans une autre affaire.

Le jugement concerne six autres journalistes et militants des droits humains. Il a été publié sur un site du ministère de la Justice accessible aux avocats. Trois des prévenus ont été également condamnés à un an de prison ferme. Le comité de soutien a exigé « l’abandon des charges » contre tous les accusés.

Ce procès s’était ouvert en 2015. L’intellectuel de 60 ans est poursuivi pour malversations présumées liées à la gestion d’un centre qu’il a créé pour promouvoir, notamment le journalisme d’investigation. Par le passé, M. Monjib avait accusé les autorités marocaines de « terroriser les journalistes et les opposants en général ». Il était resté en liberté jusqu’à son interpellation fin décembre pour des soupçons de « blanchiment d’argent ». « Je suis innocent de toutes ces accusations diffamatoires », avait-il clamé, affirmant que les faits n’étaient « pas nouveaux » et correspondaient au procès en cours.

Plusieurs organisations de défense des droits humains, dont Amnesty Internationalont apporté leur soutien à l’historien après son arrestation. Elles ont d’ailleurs appelé les autorités marocaines à le « libérer immédiatement et sans conditions ». De son côté, la Délégation interministérielle aux droits de l’Homme, a « catégoriquement » rejeté les « mensonges » sur l’état de la liberté d’expression dans le pays. Sauf que le dernier rapport annuel de Human Rights Watch indique qu’en 2019 le « Maroc a intensifié sa répression contre des commentateurs des réseaux sociaux, des artistes et des journalistes exprimant des opinions critiques ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Human Rights Watch (HRW) - Liberté d’expression - Prison - Amnesty international (AI) - Maâti Monjib

Aller plus loin

Maati Monjib défendu par un collège d’avocats international

Un groupe international d’avocats est en voie de constitution « pour appuyer la défense au Maroc, engager des procédures en France et au niveau international ». C’est l’annonce...

Fouad Abdelmoumni dénonce un resserrement drastique des comportements répressifs de l’État marocain

L’économiste Fouad Abdelmoumni, célèbre défenseur des droits humains et militant de Transparency Maroc affirme qu’«  une dictature autoritaire et violente » règne « de plus en...

Le procès de l’historien Maâti Monjib à nouveau reporté

L’historien marocain et défenseur des droits humains Maâti Monjib, poursuivi pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État », a annoncé jeudi, que son procès en appel a...

Un an de prison ferme pour l’historien Maâti Monjib

Le tribunal de première instance de Rabat a condamné, jeudi, l’historien et défenseur des droits de l’homme, Maâti Monjib, à 12 mois de prison ferme et 10 000 dirhams d’amende,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...