Malgré les obstacles juridiques, la polygamie persiste au Maroc

12 juin 2023 - 08h30 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Alors que le gouvernement est en train de plancher sur une réforme du Code de la famille, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire vient de publier son rapport sur la polygamie dans lequel on apprend que quelque 20 000 demandes pour un deuxième mariage ont été faites entre 2017 et 2021.

Le Code de la famille marocain, mis en place pour décourager la polygamie, impose des conditions strictes pour l’approbation d’un second mariage. Malgré ces mesures, le nombre de demandes a continué à croître, atteignant plus de 4 854 en 2021. Pourtant, le taux de refus de ces demandes dépasse 61,13 % sur la même période, reflétant le durcissement des procédures judiciaires.

A lire : Polygamie : le Maroc veut en finir avec le contournement de la loi

La complexité de l’obtention d’une autorisation pour un second mariage s’explique par les dispositions du Code de la famille. Celui-ci interdit la polygamie si l’injustice entre les deux épouses est à craindre ou si la première épouse a exprimé son refus dans l’acte de mariage. Les tribunaux marocains continuent de rendre leur verdict au cas par cas, s’efforçant de freiner la polygamie tout en respectant la volonté des citoyens.

L’octroi d’une autorisation pour un second mariage dépend également des ressources financières du mari, de sa capacité à subvenir aux besoins de deux familles et de fournir un logement équitable aux deux épouses. Les justifications couramment évoquées pour de telles demandes incluent l’infertilité ou les problèmes de santé de la première épouse, le refus d’une épouse résidant à l’étranger de revenir au Maroc, une relation extra-conjugale résultant en une grossesse, et enfin, la capacité financière du mari à gérer un second foyer.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Moudawana (Code de la famille) - Polygamie - Mariage - Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

Aller plus loin

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des...

Polygamie : le Maroc veut en finir avec le contournement de la loi

Le Maroc veut durcir la procédure d’octroi de l’autorisation de polygamie, afin de contrecarrer les projets des hommes qui continuent de ruser pour avoir une deuxième femme. Une...

Maroc : des "mariages secrets" faute de polygamie ?

L’ancien ministre de la Justice, Mustapha Ramid, a mis en garde contre l’augmentation des « mariages secrets » au Maroc, attribuée au rejet des demandes de polygamie par les juges.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Hiba Abouk et Achraf Hakimi amoureux comme au premier jour

Hiba Abouk et Achraf Hakimi sont toujours ensemble et leur relation est comme au premier jour. La femme de l’international marocain a démenti encore les rumeurs évoquant une crise dans son couple.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Le mariage qui a sauvé un village

La célébration d’un mariage a sauvé tous les habitants d’un village marocain lors du tremblement de terre meurtrier du 8 septembre, qui a détruit leurs maisons.

Le roi Mohammed VI ordonne de réformer le Code de la famille

Le roi Mohammed VI fait de la promotion des questions de la femme et de la famille sa priorité. Dans ce sens, il a adressé une correspondance au chef du gouvernement Aziz Akhannouch relative à la révision du Code de la famille.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double cancer. Après son décès, sa fiancée cherche désespérément à obtenir un...

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...

Réforme du Code de la famille au Maroc : vers une égalité parfaite hommes femmes ?

Le roi Mohammed VI a adressé mardi 26 septembre une Lettre royale au Chef du gouvernement, annonçant une révision approfondie du Code de la famille (Moudawana), près de 20 ans après celle opérée en 2004.