Polygamie : le Maroc veut en finir avec le contournement de la loi

9 novembre 2022 - 17h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc veut durcir la procédure d’octroi de l’autorisation de polygamie, afin de contrecarrer les projets des hommes qui continuent de ruser pour avoir une deuxième femme. Une plateforme sera bientôt lancée dans ce sens.

Le ministre de la Justice veut sonner le glas des pratiques frauduleuses. Lors de la discussion du budget sectoriel de son ministère devant la commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants, Abdellatif Ouahbi a indiqué que de nouvelles restrictions seraient imposées dans la procédure d’octroi de l’autorisation de polygamie, après la numérisation de la situation familiale des citoyens, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia. Cette numérisation passera par le lancement fin décembre prochain d’une plateforme digitale. Cette dernière permettra de suivre, avec précision, les cas des mariages et des divorces à partir de la date de la demande d’autorisation de polygamie jusqu’au décès de l’intéressé, afin d’éviter toute pratique frauduleuse d’une part, et de lutter contre le phénomène du contournement de la loi et de protéger les droits des enfants et des femmes, d’autre part.

À lire : Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

« Parfois, on découvre après le décès du mari qu’il était marié à plusieurs femmes sans qu’elles n’en soient au courant. C’est pour éviter de telles situations qui portent atteinte aux ayants droit que l’on a décidé de durcir les conditions d’octroi de l’autorisation de remariage quand l’intéressé en fait la demande pour la deuxième fois », a indiqué le ministre, soulignant que « l’octroi de l’autorisation de polygamie ne serait valable qu’une seule fois, car si le demandeur en réclame une autre, il devra reprendre le processus depuis le début ». « Il devra donc se représenter devant le juge qui le soumettra à une procédure spéciale pour connaître les raisons de sa demande et savoir s’il est marié ou divorcé. Cette restriction vise à mettre fin au phénomène de l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie ».

Sujets associés : Lois - Polygamie - Abdellatif Ouahbi - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Agadir : un MRE arrêté pour polygamie

Un Marocain résidant en France a été arrêté pour s’être remariée avec une jeune femme demeurant dans la région de Taliouine, sans l’autorisation de son épouse.

Maroc : des "mariages secrets" faute de polygamie ?

L’ancien ministre de la Justice, Mustapha Ramid, a mis en garde contre l’augmentation des « mariages secrets » au Maroc, attribuée au rejet des demandes de polygamie par les juges.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des...

La France adopte un amendement en faveur des femmes victimes de polygamie

Les députés français ont adopté, jeudi 21 janvier, un nouvel amendement en faveur des femmes victimes de polygamie. Elles bénéficient d’un renouvellement systématique de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Qu’est ce qui explique l’augmentation des divorces au Maroc ?

Les cas de divorce se sont envolés ces deux dernières années au Maroc. Rien qu’en 2021, près de 27 000 divorces ont été enregistrés. Pour le ministre de la Justice, cela s’explique par une prise de conscience des couples sur la nécessité de mettre fin...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.