Au Maroc, le mariage des mineurs résiste au temps

25 janvier 2023 - 23h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, il y a encore du chemin à faire pour en finir avec le mariage des mineurs. Des voix s’élèvent pour appeler à la révision rapide et profonde du Code de la famille.

« En 2017, 26 000 cas de mariages précoces ont été enregistrés, et le nombre a diminué en 2020 à 12 000 et, en 2021, il est passé à 19 000 ». Communiqués par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi le 4 janvier lors d’une intervention au Parlement, ces chiffres montrent l’ampleur du phénomène. Pour en finir, il a appelé à son éradication et à sa criminalisation. « L’âge approprié pour le mariage est de 18 ans et plus », a-t-il rappelé, demandant de mettre fin à l’autorisation donnée par le juge pour le mariage des mineurs.

À lire : Des Marocains trouvent des « astuces » pour épouser des mineures

Selon le professeur Khaled Lahsika, chercheur en sociologie de la famille et genre à l’Institut universitaire de recherche scientifique de l’Université Mohammed V de Rabat, le terme « mariage d’enfants » est le terme approprié pour désigner le phénomène. Dans une déclaration à l’agence de presse Anadolu, il estime que le mariage des mineurs est « une violation des enfants dans leurs droits naturels, ce que peut-être toutes les sociétés rejettent dans le cadre de la Convention internationale des droits de l’enfant ».

À lire : Au Maroc, les mariages des mineures de plus en plus refusés

Le chercheur estime que « la raison principale de l’ampleur de ce phénomène est le législateur… En effet, le mariage des mineurs est interdit dans la loi marocaine (Code de la famille), mais du fait de l’exception et du pouvoir discrétionnaire, l’exception est devenue une règle ». La loi autorise le mariage des hommes et des femmes à l’âge de 18 ans et exige l’obtention d’une autorisation du juge pour épouser des femmes âgées de 15 à 18 ans, tandis que les hommes ne peuvent se marier avant l’âge de 18 ans. Par conséquent, Khaled Lahsika appelle à annuler cette exception (article 20 du Code de la famille), car « laisser le pouvoir discrétionnaire dans la prise de décision laisse le sort de milliers d’enfants entre les mains d’autres qui peuvent décider en leur nom ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mariage

Aller plus loin

Le mariage des mineures au Maroc : une exception devenue la règle

Depuis des années, le taux de prévalence des mariages des mineurs évolue en dents de scie au Maroc. En cause, l’article 20 du Code de la famille qui donne plein pouvoir au juge...

Maroc : une campagne digitale contre le mariage des enfants

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) au Maroc apporte son soutien à une campagne mondiale de lutte contre le mariage des enfants. Le jour de la célébration de...

Un rapport inquiétant de l’ONU sur le mariage des mineurs au Maroc

Au Maroc, le mariage des mineurs des enfants représente près de 14 %. C’est ce qu’indique le dernier rapport du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA).

Des Marocains trouvent des « astuces » pour épouser des mineures

Un réseau criminel a trouvé de nouvelles méthodes frauduleuses pour faciliter le mariage de mineures et la polygamie. Les éléments de la Gendarmerie royale à Benguerir mènent...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mariage qui a sauvé un village

La célébration d’un mariage a sauvé tous les habitants d’un village marocain lors du tremblement de terre meurtrier du 8 septembre, qui a détruit leurs maisons.

Qui est Ghita El Allaki, la fiancée de Saâd Lamjarred ?

Le chanteur marocain Saâd Lamjarred s’apprête à se marier avec sa meilleure amie Ghita El Allaki.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Au Maroc, le mariage des mineurs résiste au temps

Au Maroc, il y a encore du chemin à faire pour en finir avec le mariage des mineurs. Des voix s’élèvent pour appeler à la révision rapide et profonde du Code de la famille.

Saad Lamjarred et Ghita El Allaki organiseront un mariage au Maroc

Le chanteur marocain Saad Lamjarred vient de confirmer dans un live sur Instagram l’organisation prochaine au Maroc, d’une vraie fête de mariage avec Ghita El Allaki.

Maroc : des changements majeurs pour les MRE en matière de droit de la famille

Le Maroc a décidé d’alléger considérablement les procédures administratives en matière du Droit de la famille, notamment le mariage, le divorce et l’état civil en faveur des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Malgré les obstacles juridiques, la polygamie persiste au Maroc

Alors que le gouvernement est en train de plancher sur une réforme du Code de la famille, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire vient de publier son rapport sur la polygamie dans lequel on apprend que quelque 20 000 demandes pour un deuxième...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Hiba Abouk et Achraf Hakimi séparés ? Hiba Abouk répond

Hiba Abouk, femme d’Achraf Hakimi, répond aux rumeurs de ces derniers jours annonçant une prétendue crise dans son couple. L’actrice d’origine tuniso-libyenne assure qu’il s’agit de fake news.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.