Comment le Maroc entend mettre fin au phénomène des enfants abandonnés

7 novembre 2022 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’abandon des enfants nés hors mariage est un phénomène social qui prend de l’ampleur au Maroc. Les autorités prévoient d’instaurer une nouvelle mesure pour obliger les parents de ces enfants à assumer leurs responsabilités.

L’enfant abandonné est le « le résultat de l’erreur de deux personnes. Il est un citoyen en bonne et due forme et devra être pris en charge » par ses parents biologiques « jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de 21 ans », a déclaré cette semaine le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, lors d’une rencontre organisée par la Fondation Lafquih Titouani. Le responsable ajoute que « si c’est la mère qui assure la garde, le père devra payer cette indemnité ».

La mesure sera introduite dans le Code pénal et permettra de réduire ce phénomène et surtout, de responsabiliser davantage les parents concernés. « La fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans. C’est mieux que d’abandonner l’enfant dans la rue », fait observer Ouahbi. Chaque année, environ 3 000 enfants naissent hors mariage au Maroc, selon les données collectées par l’association « Insaf », une situation qui contribue à l’augmentation constante du taux d’abandon.

À lire : Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

L’ONG relève aussi une hausse considérable du nombre de mères célibataires qui finissent souvent par abandonner leurs enfants. Quelque 70 enfants de mères célibataires sont abandonnés par jour, note-t-elle, soulignant le caractère quelque peu tabou de la question des relations hors mariage dans une société musulmane, cet acte étant considéré comme « un grave péché religieux, une violation de toutes les normes sociétales », explique « Insaf ».

Il s’agit d’une « affaire tragique » qui concerne toutes les femmes de toutes les classes sociales, ajoute l’association qui note que « le Maroc a adopté plusieurs conventions internationales pour la protection des droits de l’Homme, des femmes, des enfants… Néanmoins, la réalité n’embrasse pas, tout à fait, ces avancées consacrées par ces différents instruments juridiques. C’est pour cela que le Souverain n’a pas manqué d’évoquer, dans son dernier Discours du Trône, les lacunes contenues dans le Code de la Famille ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Moudawana (Code de la famille) - Enfant - Mariage - Abdellatif Ouahbi - Code pénal marocain

Aller plus loin

Tarifa : arrêtés pour avoir tenté de s’échapper avec leur fille au Maroc

La police espagnole a intercepté au port de Tarifa (Cadix) un couple de Marocains qui tentait d’emmener au Maroc sa fille de deux ans, réclamée par le service français de...

Un bébé abandonné sauvé in extremis à Tanger

Un bébé abandonné a été trouvé ce lundi par un groupe de passants dans une ruelle du quartier Ganboria à Tanger. Malheureusement, le phénomène prend de l’ampleur dans le royaume.

Maroc : voici la position du CNDH sur les relations sexuelles hors mariage

Amina Bouayach, présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), affiche son opposition à la pénalisation des relations sexuelles hors mariage. Elle estime que...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Saad Lamjarred et Ghita El Allaki organiseront un mariage au Maroc

Le chanteur marocain Saad Lamjarred vient de confirmer dans un live sur Instagram l’organisation prochaine au Maroc, d’une vraie fête de mariage avec Ghita El Allaki.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Une « formation prénuptiale » avant tout mariage au Maroc

Au Maroc, les personnes désireuses de se marier devront mener de nouvelles démarches avant de conclure le contrat de mariage.