Bracelet électronique : le Maroc ne veut pas confier la gestion à une entreprise étrangère

1er décembre 2022 - 07h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le Maroc veut mettre en place le bracelet électronique comme alternative à la détention provisoire. Le processus pour le choix de l’entreprise gestionnaire de la plateforme a été lancé et le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, opte pour une préférence nationale.

Lors de la discussion du budget sectoriel du ministère de la Justice au sein de la commission justice et législation de la chambre des conseillers, le ministre est revenu sur la réforme du Code pénal qu’il continue de préparer, rapporte Al Ahdath Al Maghribia.

Dans ce sens, il a donné les détails sur l’évolution du projet de bracelet électronique, introduit dans le nouveau texte, précisant que l’étape de sélection de l’entreprise de gestion de cette plateforme est en cours d’achèvement.

Au total, six entreprises internationales, dont une Marocaine, ont soumissionné, a fait savoir Ouahbi, affirmant, qu’il est préférable de confier ce projet à une entreprise nationale. Il est hors de question, selon lui, que cette tâche soit confiée à une société étrangère. « Personnellement, j’ai un autre avis. Aucun État n’a le droit de suivre les déplacements d’un citoyen marocain. C’est un Marocain qui devrait s’acquitter de cette tâche », a-t-il déclaré, ajoutant : « imaginons un citoyen installé au Maroc, pays souverain, alors que celui qui le surveille se trouve en Suisse ou dans un autre pays. »

A lire : Maroc : bientôt le bracelet électronique comme alternative à la prison ?

Le ministre a indiqué que la société à qui sera confiée la gestion de ces dispositifs de contrôle des personnes poursuivies en liberté conditionnelle, sera choisie selon une approche participative incluant toutes les composantes de l’État. Cela tient à des raisons de souveraineté. Concernant le coût d’un tel projet, il pourrait monter jusqu’à 300 millions de dirhams selon ses estimations, souligne le journal.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Abdellatif Ouahbi - Code pénal marocain

Aller plus loin

Maroc : bientôt le bracelet électronique comme alternative à la prison ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice propose le bracelet électronique comme alternative à la prison, notamment pour l’émission de chèques sans provision, la consommation de...

Maroc : voici les principaux changements du nouveau code pénal

La première mouture du projet de Code de procédure pénale, en rédaction depuis des mois au ministère de la Justice, sera disponible en janvier prochain. D’importants changements...

Maroc : vers la mise en place du bracelet électronique

Le Maroc est sur le point d’homologuer l’application du bracelet électronique comme alternative à la détention provisoire. Il s’agit de l’un des nouveaux amendements à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

TikTok, l’impossible interdiction au Maroc

Face à la dépravation des mœurs à laquelle conduit l’utilisation de TikTok, les députés de l’opposition ont invité le gouvernement marocain à prendre ses responsabilités et à interdire l’application chinoise dans le royaume. Mais y arriveront-ils ?