Recherche

Mariam Hussein a-t-elle demandé que Saad Lamjarred soit emprisonné ?

© Copyright : DR

12 octobre 2021 - 16h00 - Culture - Par: S.A

La chanteuse marocaine, Mariam Hussein aurait souhaité que son compatriote Saâd Lamjarred écope d’une peine de prison pour atteinte à la pudeur. Qu’en est-il réellement ?

Tout est parti de la publication d’une vidéo d’un concert de Saâd Lamjarred à The Address Dubai Marina. Dans cette vidéo, on voit la star marocaine chanter en présence de nombreuses célébrités : la fashionista koweïtienne, Rawan bin Hussain, l’artiste irakienne Shatha Hassoun, et la star algérienne Cheb Faudel, etc, rapporte Albawaba.

Une séquence de cette vidéo a suscité des commentaires de la part de sa compatriote, Mariam Hussein. Dans cette séquence, on voit Saâd Lamjarred et Rawan bin Hussain danser, échanger des baisers voire s’embrasser. En d’autres termes, les deux stars entretenaient des relations intimes en public. Un acte pour lequel Mariam Hussein avait été condamnée en 2018 — elle avait dansé avec Tyga — avant d’être libérée grâce à l’intervention personnelle de l’Émir de Dubaï, Cheikh Mohammed Ben Rashed Al Maktoum.

À lire : Mariam Hussein libérée grâce à l’Émir de Dubaï

Sur son compte Instagram, l’actrice marocaine s’est indignée et a souhaité que son compatriote connaisse le même sort qu’elle. En réalité, ces commentaires n’étaient pas émis par Mariam. Cette dernière a expliqué que son compte avait été piraté. « Celui qui veut danser, danse… et celui qui veut embrasser, embrasse… Je suis pour la liberté individuelle… Mais je suis pour le respect de la loi de l’État (Émirats arabes unis)  », s’est-elle défendue.

« Si j’aime danser et que je l’ai mal fait et que j’ai été punie, je dois accepter cela. Je ne violerai jamais la loi de l’État, quand vous dites Mariam, vous pouvez danser, mais pas de cette façon, je leur dirai que j’écoute et j’obéis », a-t-elle ajouté.

Mots clés: Prison , Emirats Arabes Unis , Mariem Hussein , Saâd Lamjarred

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact