Le Maroc peine à faire la lumière sur ses années noires

7 septembre 2007 - 10h57 - Maroc - Ecrit par : L.A

La défense des droits de l’homme n’aura été qu’un sous-thème de la campagne électorale au Maroc, à peine plus visible qu’un générique tel que « la protection de l’environnement », loin, loin derrière les programmes économiques ou la lutte contre l’analphabétisme. La meilleure explication est celle de l’homme de la rue : « Pfff, les droits de l’homme, c’est le roi qui s’en occupe. »

Plus de 20 000 dossiers individuels traités, 600 millions de dirhams (54 millions d’euros) débloqués pour indemniser près de 12 000 victimes des années de plomb, des dizaines d’auditions et de témoignages retransmis en temps réel par la télévision officielle, des séminaires tenus aux quatre coins du pays, un rapport final dont les recommandations sont l’équivalent d’une - belle - réforme constitutionnelle : l’expérience de l’Instance équité et réconciliation (IER), créée par Mohammed VI pour faire la lumière sur les violations des droits humains entre 1956, année de l’indépendance du Maroc, et 1999, date de la mort de Hassan II, aura remis à neuf l’image de la monarchie. Mais sans tourner la page.

Geôles. En deux ans d’existence (2003-2005), l’IER - née d’un surprenant deal entre Mohammed VI et Driss Benzekri, un marxiste-léniniste réchappé des geôles chérifiennes après dix-sept ans de détention - aura ressemblé à une parenthèse aussi heureuse que frustrante dans l’histoire du royaume. Et les objectifs qui lui ont été assignés prennent, avec le recul, une allure contrastée. Ce que résume un ancien compagnon de Benzekri, recyclé aujourd’hui dans le circuit diplomatique : « Au nom de l’IER, Benzekri voulait réhabiliter les victimes des années de plomb [60 000, d’après les estimations de l’association Forum vérité et justice, ndlr] et ancrer la culture des droits de l’homme dans les mœurs de l’Etat. Le Palais souhaitait réconcilier les Marocains avec Hassan II. » Le résultat a été un croisement entre les deux.

« Mohammed VI m’a donné des garanties pour aller jusqu’au bout de la vérité », glissait au début de sa mission Driss Benzekri à ses anciens amis, laissant entendre que la responsabilité de Hassan II dans les violations des droits de l’homme pouvait être clairement évoquée. Il n’en fut rien, au bout du compte. Le défunt monarque n’a été ni blanchi ni égratigné. Son système, si. Mais point de nom livré à la vindicte populaire. C’était prévu dans le deal initial, et cela a été scrupuleusement respecté.

Ce qui n’était pas prévu, c’est la collaboration au compte-gouttes des services de sécurité civils et militaires, sollicitée par les enquêteurs de l’IER. « Benzekri se plaignait directement auprès du roi de l’absence totale de toute collaboration de la part de la gendarmerie, dont les archives regorgent de documents et d’informations importantes relatives au sort des disparus », explique-t-on alors dans l’entourage du président de l’Instance équité et réconciliation.

Portes fermées, au mieux entrebâillées, archives indisponibles ou mal classées, officiers peu coopératifs… C’est sans surprise que l’instance s’est révélée incapable de jeter la lumière sur le sort de tous les disparus, dont le cas le plus emblématique reste celui de Mehdi Ben Barka, enlevé le 29 octobre 1965.

Pardon. A la difficulté technique s’est ajoutée l’omerta politique, rendant impossible toute tentative d’établir un bilan des responsabilités individuelles de l’ancien règne. Restait un espoir, largement partagé par Driss Benzekri et les associations des droits de l’homme : celui de voir le roi demander le pardon (aux Marocains) pour les crimes commis sous le règne de son père. Le 5 janvier 2006, lors du discours annonçant la fin officielle du mandat de l’IER, Mohammed VI a signifié les torts (et le pardon) de l’Etat, mais sans les prononcer clairement.

Driss Benzekri, lui, a changé son fusil d’épaule en orientant son combat vers les recommandations émises par l’instance : réforme de la justice, contrôle des services de sécurité, séparation des pouvoirs… Ou comment donner un nouvel habillage au règne de Mohammed VI, coupant définitivement les liens avec le règne ancien. Un combat que l’ancien opposant n’a guère eu le temps d’achever, emporté par un cancer en mai 2007. Mohammed VI aura-t-il le courage de mettre à exécution les idées d’un homme qui l’a si bien servi ?

TelQuel - Karim Boukhari

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Hassan II - Mohammed VI - Instance Equité et Réconciliation (IER) - Driss Benzekri - Elections 2007

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohammed VI : ses succès et ses défis

Le roi Mohammed VI a fêté en août ses 60 ans et ses 24 ans de règne. Son fils Moulay Hassan, prince héritier, soufflait quelques mois plus tôt, le 8 mai, ses 20 bougies. À un an de ses 21 ans, âge requis pour être roi, les inquiétudes quant à la santé...

Sacre du Maroc à la CAN-2023 : Le Roi Mohammed VI exprime sa fierté

Le Roi Mohammed VI a adressé ses félicitations à l’équipe nationale de football des moins de 23 ans suite à leur victoire lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2023) qui s’est déroulée à Rabat. Ce premier titre historique a été obtenu grâce à...

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Mohammed VI félicite l’AS FAR

Le Roi Mohammed VI a adressé ses félicitations aux joueuses de l’AS FAR, qui ont remporté dimanche la finale de la Ligue des Champions féminine de la Confédération africaine de football (CAF).

Maroc : 40 milliards de dollars pour changer le visage du transport

Le Maroc s’apprête à mettre en œuvre la vision stratégique lancée par le roi Mohammed VI, afin de « placer le pays sur la voie d’un développement économique et social durable et global ».

Rentrée parlementaire : voici le discours du roi Mohammed VI

Le Roi Mohammed VI a adressé, vendredi, un discours au Parlement à l’occasion de l’ouverture de la 1ère session de la 2ème année législative de la 11ème législature. Le voici dans son intégralité

Aide au logement : un vrai succès chez les MRE

Près de 20% des potentiels bénéficiaires du nouveau programme l’aide au logement lancé par le roi Mohammed VI en octobre dernier sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Mohammed VI, marque déposée

Le roi Mohammed VI tente de mettre définitivement fin aux tentatives d’usurpation de titre et/ou fraude. Son nom devient une marque déposée.