Maroc : vers un cadre juridique pour les marchands ambulants

14 décembre 2021 - 05h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le Conseil Economique Social et Environnemental a préconisé de créer un cadre juridique approprié aux vendeurs de rue marocains, afin de leur permettre d’opérer une transition progressive et douce vers le secteur formel.

Selon le Conseil, « l’une des conditions de la transition des vendeurs de rue vers le secteur organisé et des conditions de libération des énergies pour une économie active et productive est l’existence d’un environnement juridique intégré qui encadre les activités du commerce errant ».

À cet effet, le conseil indique qu’« il est urgent que le système législatif national complète son arsenal en approuvant le statut juridique des vendeurs de rue de toutes catégories, stipulant les conditions et obligations imposées par la pratique du commerce de rue, définissant et simplifiant les procédures, clarifier les pouvoirs concernant l’exploitation de l’espace public et approuver les sanctions en cas de violation de la loi ».

A lire : Vendeurs ambulants : un marché de 46 milliards de dirhams par an

De même, il faut procéder à l’actualisation, la simplification et la transparence des exigences réglementaires et des procédures d’autorisation d’occupation temporaire du domaine public par les marchands ambulants, que ce soit par l’exploitation d’emplacements permanents en milieu urbain ou dans des collectivités semi-urbaines ou rurales, soit en utilisant des véhicules, soit en exploitant des sites sur des axes routiers, a ajouté le document.

Par ailleurs le CESE a proposé aux gouvernants de « soutenir la démarche de réforme et de réinsertion, en prévoyant dans la législation pénale la possibilité de suivre un programme de formation professionnelle comme alternative aux peines privatives de liberté pour les personnes condamnées pour certains délits qui souffrent de fragilité, et de réduire la durée de la peine privative de liberté au profit de certaines catégories de détenus lorsqu’ils font l’objet d’un programme de formation professionnelle ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE)

Aller plus loin

Le CESE s’intéresse aux souks hebdomadaires au Maroc

Le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) s’est intéressé au mode de fonctionnement et à la vie dans les souks hebdomadaires. Ces marchés sont des espaces vitaux...

Maroc : les marchands ambulants, un « mal nécessaire » dans l’écoulement des fruits frais

Considérés comme « un mal nécessaire », les marchands ambulants contribuent à l’écoulement de 30 % de la production nationale en fruits frais. Le Conseil économique, social et...

Vendeurs ambulants : un marché de 46 milliards de dirhams par an

Une étude réalisée par le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies et le ministère de l’Intérieur, a révélé que 238.000 personnes exercent le métier...

Le roi Mohammed VI nomme Ahmed Reda Chami président Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE)

Reçu aujourd’hui au palais royal de Rabat par le roi Mohammed VI, Ahmed Reda Chami a été nommé président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE).

Ces articles devraient vous intéresser :

Transferts des MRE : plus de 109 milliards de dirhams en 2022

Les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) vers le Maroc ont connu une progression annuelle moyenne de 6 % au cours des dernières années, atteignant un record de plus de 109 milliards de dirhams en 2022 contre 93,6 milliards en...

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...