Maroc : un député en prison pour appartenance à un réseau criminel

21 octobre 2023 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Huit personnes appartenant à un réseau criminel – parmi lesquels un député de l’Union constitutionnelle, des avocats, de gérants de société, un fonctionnaire au tribunal de première instance de Casablanca – ont été arrêtés puis placés en détention.

Tout est parti d’une plainte pour falsification déposée par l’Administration des Douanes. Celle-ci avait poursuivi un trafiquant de drogue de nationalité libyenne, pour non-paiement d’une amende, fait savoir le quotidien arabophone Al Akhbar. Alors qu’il purgeait une peine d’emprisonnement de dix ans au Maroc, un fonctionnaire de justice, membre d’un réseau criminel l’a approché pour lui proposer son service : lui obtenir une libération provisoire. Des avocats et lui ont falsifié un jugement de relaxation, mais aussi une décharge de la Douane par laquelle elle renonce à la poursuite du détenu.

À lire : Le plus célèbre notaire de Fès en prison

Un élu de l’UC, Abdelaziz El Ouadgui, député de Larache, quatre avocats, un homme et une femme, ainsi que deux autres inscrits aux barreaux de Casablanca et de Rabat, un directeur de société à Tétouan et une gérante de société, ainsi qu’un fonctionnaire au tribunal de première instance de Aïn Sbâa à Casablanca, tous membres du réseau criminel ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire. Ces huit prévenus sont désormais poursuivis en état de détention préventive à la prison civile de Casablanca-Ain Sbaâ.

À lire :Un député marocain en prison pour crimes financiers

Plusieurs chefs d’accusations pèsent sur eux : formation d’une bande criminelle, falsification, corruption, escroquerie, recel, destruction d’un document officiel et de son utilisation, participation à la destruction et à la dissimulation de documents publics et privés qui auraient facilité la recherche de crimes ou de délits, divulgation de preuves et délit de fraude.

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Prison - Arrestation

Aller plus loin

Maroc : une notaire arnaqueuse en prison

À Témara, une notaire et un promoteur immobilier poursuivis pour escroquerie ont écopé de différentes peines de prison. Les victimes sont les adhérents d’une coopérative d’habitat.

Un député marocain en prison pour crimes financiers

La chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca chargée des crimes financiers a rendu son verdict dans l’affaire de dilapidation et de détournement de fonds publics...

Maroc : un magistrat en prison pour corruption

Le substitut du procureur général du Roi près la cour d’appel de Tanger, récemment arrêté pour « abus de pouvoir », « corruption » et « chantage », vient d’être placé en...

Maroc : un député en prison pour escroquerie

Le député du parti de l’Istiqlal, Saleh Oughbal, vient d’être condamné par contumace par le tribunal de première instance de Sidi Slimane à une peine de cinq ans de prison ferme...

Ces articles devraient vous intéresser :

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.