Maroc : Cinq ans de prison pour un juge corrompu

15 septembre 2023 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La cour d’appel de Rabat a considéré que la peine de cinq ans de prison infligée au juge de Beni Mellal et à un intermédiaire, poursuivis pour corruption et chantage, était justifiée.

Mercredi, la chambre criminelle chargée des crimes financiers de la cour d’appel de Rabat a condamné le juge de Beni Mellal qui devait prendre sa retraite dans quelques mois, et un intermédiaire à 5 ans de prison ferme chacun pour corruption et chantage, confirmant ainsi le verdict prononcé en première instance, rapporte le quotidien arabophone Al Akhbar.

À lire : Rabat : un magistrat et son « samsar » condamnés pour corruption

Les faits se sont déroulés en juillet 2021. Aidé par un « samsar judiciaire » et conseiller communal de Beni Mellal, un magistrat, précédemment président de la Chambre pénale près de la Cour d’appel de Beni Mellal avait fait chanter une dame dont le fils est en instance de jugement dans l’affaire d’un crime ayant entraîné la mort d’un homme. D’après le « deal », la mère du prévenu devait leur verser 150 000 dirhams avant l’audience de son fils, en vue d’une relaxe ou des circonstances atténuantes soient retenues en sa faveur.

À lire : Procès pour corruption : le juge de Beni Mellal encourt 20 ans de prison

La dame a dénoncé le magistrat et son complice à travers le numéro vert mis à disposition par la présidence du parquet général. Suivant les conseils du parquet général, la plaignante a répondu favorablement à la demande du magistrat de son « samsar ». Un piège planifié avec le procureur du roi à Beni Mellal. Elle leur avait fixé un rendez-vous dans une aire de repos sise entre Beni Mellal et Khouribga, afin de leur remettre la somme exigée. C’est ainsi que le magistrat et son complice avaient été arrêtés en flagrant délit de corruption.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Beni Mellal - Prison - Chantage

Aller plus loin

Maroc : un député en prison pour appartenance à un réseau criminel

Huit personnes appartenant à un réseau criminel – parmi lesquels un député de l’Union constitutionnelle, des avocats, de gérants de société, un fonctionnaire au tribunal de...

Détournement de 150 millions de dirhams à Agadir : la justice rend son verdict

Pas de situation atténuante pour « la dame de fer » du Souss, principale mise en cause dans une affaire de détournement et d’abus de confiance. Elle a écopé d’une lourde peine...

Corruption : des magistrats marocains épinglés par un audio

Le ministère public a ordonné, samedi, l’ouverture d’une enquête sur des magistrats qui auraient fait preuve d’ingérence dans un dossier en cours. La supposée implication des...

Rabat : un magistrat et son « samsar » condamnés pour corruption

Une dénonciation à travers le numéro vert mis à disposition par la présidence du parquet général a fait tomber un magistrat, précédemment président de la chambre pénale près la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?