Rabat : un magistrat et son « samsar » condamnés pour corruption

1er mars 2023 - 22h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Une dénonciation à travers le numéro vert mis à disposition par la présidence du parquet général a fait tomber un magistrat, précédemment président de la chambre pénale près la cour d’appel de Beni Mellal. Jugé coupable par la cour d’appel de Rabat de corruption, il a été condamné à cinq ans de prison ferme. La même peine a été infligée à son complice.

Outre la peine de prison, le magistrat a écopé d’une amende de 200 000 dirhams, 150 000 dirhams pour son complice, un « samsar judiciaire » et conseiller communal de Beni Mellal. Aidé par celui-ci, celui qui était avant sa condamnation président de la chambre pénale près la cour d’appel de Beni Mellal aurait fait chanter une dame dont le fils est en instance de jugement dans l’affaire d’un crime ayant entraîné la mort d’un homme. D’après le « deal », la mère du prévenu devait leur verser 150 000 dirhams avant l’audience de son fils, afin qu’une relaxe ou des circonstances atténuantes soient retenues en sa faveur, fait savoir le quotidien arabophone Al Akhbar.

À lire : Procès pour corruption : le juge de Beni Mellal encourt 20 ans de prison

La dame dénonce le magistrat et son complice à travers le numéro vert mis à disposition par la présidence du parquet général. Suivant les conseils du parquet général, la plaignante a répondu favorablement à la demande du magistrat et de son « samsar ». Un piège planifié avec le procureur du roi à Beni Mellal. En juillet dernier, elle leur a fixé un rendez-vous dans une aire de repos sise entre Beni Mellal et Khouribga, afin de leur remettre la somme exigée. C’est ainsi que le magistrat et son complice ont été arrêtés en flagrant délit de corruption

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Corruption - Rabat - Beni Mellal - Prison

Aller plus loin

Un haut magistrat marocain condamné pour corruption

Le substitut du procureur général du roi de Tanger, précédemment arrêté en flagrant délit de corruption, a été condamné par la Cour d’appel de Rabat à une peine de 6 mois de...

Procès pour corruption : le juge de Beni Mellal encourt 20 ans de prison

Poursuivi en état d’arrestation, le juge de Beni Mellal qui a été pris en flagrant délit de corruption devrait comparaître prochainement devant la chambre criminelle chargée des...

Maroc : 19 magistrats sanctionnés

19 magistrats marocains ont été sanctionnés cette année a révélé le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ). Parmi eux, deux ont été relevés de leurs fonctions.

Meknès : un magistrat en prison pour corruption

Le procureur général du Roi près la cour d’appel de Meknès a ordonné l’interpellation d’un magistrat poursuivi pour corruption.

Ces articles devraient vous intéresser :

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.